Les tantristes tibétains (Ngakpa), religieux dans le monde, religieux du rituel terrible : étude de Ch'ongkor, communauté villageoise de tantristes du Baragaon (nord du Népal)

par Nicolas Sihlé

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Fernand Meyer.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Résumé

    Ce travail est l'étude d'un type de spécialiste religieux tibétain, le tantriste (appelé le plus souvent ngakpa), qui se caractérise socialement, en tant que maître de maison, par une forte inscription dans le monde, dans la société des hommes, et religieusement par une spécialisation dans des rituels tantriques et, en particulier, dans l'acte rituel violent. Dans le cadre du bouddhisme, marqué par la prééminence du modèle monastique, ces deux aspects présentent chacun un caractère plus ou moins problématique. Cette étude analyse ces deux facettes et surtout la cohérence d'ensemble que celles-ci manifestent. Elle s'appuie pour cela sur l'ethnographie de Ch'ongkor, communauté villageoise de tantristes située au Baragaon, dans la partie centrale du nord du Népal. L'étude englobe plus généralement l'ensemble des composantes religieuses de cette région et leurs interactions avec les laïcs. Le contraste avec la figure du moine, en particulier, est essentiel dans la compréhension de celle du tantriste. Il émerge ainsi la figure d'un tantriste religieux de lignée, spécialiste par excellence du rituel puissant ou violent (ce qui contraste avec la non-violence et la pureté monastiques), et dont l'activité s'inscrit très largement dans une visée mondaine, au sens de l'ici-bas (rituels apotropaïques, etc. ). Ce travail est par ailleurs sous-tendu, notamment dans le traitement de ces objets fondamentaux que sont les textes religieux, par un questionnement méthodologique sur les modalités et les limites d'une approche qui, fondée sur l'ethnologie de terrain, cherche à intégrer, de façon cohérente avec son orientation première, l'apport des études tibétaines textuelles et bouddhologiques.

  • Titre traduit

    ˜The œtibetan tantrists (ngakpa) in-the-worldness and fearsome ritual : Study of Ch'ongkor, a village community of tantrists in Baragaon (nothern Nepal)


  • Résumé

    This sttidy is concerned with a type of Tibetan religious specialist, the Tantrist (often called ngakpa), characterized socially, as a householder, by his in-the-worldness and religiously by his specialization in Tantric rituals and, in particular, in violent ritual acts. In the Buddhist context, where monasticism is the preeminent model, both of these aspects are somewhat problematic. This study analyzes these two defining features and especially how they interrelate and compose a coherent whole. The analysis is based on the ethnographic study of Ch'ongkor, a village community of Tantrists in Baragaon (central northern Nepal). More generally, all religious components of the area and their interactions with the laity are subsumed under the scope of this study. The contrast with the figure of the monk, in particular, is essential for the understanding of that of the Tantrist. The latter figure is typically a lineage priest, the specialist par excellence of powerful or violent rituals (which contrasts with monastic emphasis on non-violence and purity), and whose ritual activity is distinctively oriented towards worldly ends (apotropaic rituals, etc. ). This work is also underwoven, especially in the treatment of the fundamental objects which are religious texts, by methodological questions : how and to what extent can they be coherently integrated in an ethnography-based study that seeks to make use of Tibetological or Buddhological textual materials ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (XX-683 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 583-612. Glossaires

Où se trouve cette thèse ?