Découverte du transculturel dans une approche des champs croisés : exemples de rencontres Chine-Occident historiques et contemporaines

par Shuo Yu Bossière

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Georges Augustins.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Résumé

    Envisageant la rencontre interculturelle comme un lieu d'observation anthropologique, la thèse propose une relecture des relations sino-occidentales depuis la fin de la Renaissance jusqu'à nos jours. Il s'agit d'emblée de rompre avec la pensée linéaire et dualiste qui représente la Chine et l'Occident en tant que deux blocs cristallisés et "incompatibles", et d'élaborer au long du travail de terrain une approche rétroactive et dynamique, nommé champs croisés. A travers un désenchantement du "tout culturel", cette approche met en relief la complexité et la transculturalité dans la perception des rencontres. Il s'agit de prendre conscience de leur situation spatio-temporelle, de l'historicité dans laquelle l'agent joue un rôle d'entre-deux ; de la configuration des signes ayant recours à l'interprétation, à l'identification ou la différenciation, à la stratégie rituelle ; et de leurs processus rétroactifs en boucles entrelacées qui situent nécessairement les champs croisés dans la zone grise entre turbulence et ordre. L'auteur se fonde sur le trois postulats suivants : a) la culture est un processus de construction spécifique de sens, elle est évolutive et non pas essentielle, b)les valeurs et les intérêts fondamentaux de l'humanité sont reconnus partout et par des patrimoines trans-héritages qui appartiennent à toute l'humanité. Elle suggère le sens de la pratique et la démarche esthétique qui peuvent restaurer nos capacités sensorielle et potentielle dans la compréhension transculturelle.

  • Titre traduit

    Discovery of transculturality in an approach of crossfields : examples of sino-western historical and contemporary encounters


  • Résumé

    Considering the intercultural encounter as a field for anthropological observation, the thesis proposes a rereading of the representations of Sino-Western relations from the end of the Renaissance up to today. The aim is to break away from linear thought and dualistic perspective that represent China and the West as two crystallised and incompatible blocks. In order to do so, a dynamic and feedback approach in terms of "crossfields" is elaborated through the fieldwork of the author. Through a disenchantment of culturalist perspective, focus is put on the complexity and on the transculturality of the perception of intercultural encounters. Awareness is raised to the spatio-temporal situation of the encounter, to its historicity in which agents are embedded and play their roles of "in-betweens"; raised to the configuration of signs referring to interpretation, to identification, to differentiation or to ritual strategy; also raised to the feedback processes as intertwined loops which necessarily locate the "crossfields" in the grey zone between turbulence and order. The author founds her analysis on three important postulates : a) culture is a process of specific construction of meanings, thus evolutionary and not essential, b) the fundamental values and the interests of humanity are recognised everywhere and by everyone, c) exchanges between civilisations since antiquity have allowed to engender "trans-heritages" which belong to the whole of humanity. She suggests a sense of practice and an aesthetic approach in order to enhance our sensorial and potential capacities in transcultural understanding.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (675 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 645-669

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 01 PA10-93 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.