Un siècle de la défense de Paris (1814-1914)

par Marie-France Bats-Sardain

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Jacques Becker.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les ouvrages de défense de Paris ayant fait cruellement défaut en 1814-1815, lors de l'invasion des troupes alliées, leurs construction est décidée en 1840 par Thiers, chef du gouvernement, sous le règne du roi Louis-Philippe. Ils sont réalisés de 1841- à 1846 et comportent une enceinte bastionnée constituée de 94 bastions et de 16 forts détachés. Cette enceinte, comme les forts était du type Vauban. Ce dispositif resta sans utilisation défensive jusqu'en 1870, date à laquelle éclata la guerre franco-prussienne. Ils étaient déjà obsolètes, face à la puissance de l'artillerie prussienne. D'ailleurs, l'ennemi n'a jamais véritablement attaqué la capitale, s'en contentant d'en faire le siège. Les deux sièges de Paris par les armées allemandes et versaillaises imposèrent brutalement le résultat des évolutions techniques depuis 1840. La nécessité d'un nouveau programme de fortifications s'imposait à l'esprit de tous les observateurs politiques et militaires. Un Comité de Défense, créé le 28 juillet 1872 élabora un programme de fortifications couvrant l'ensemble des frontières, en se basant sur les rapports établis par les inspecteurs du Génie. Les projets adoptés devaient beaucoup à leur rapporteur, le général Séré de Rivières qui fut nommé chef du Génie le 28 janvier 1874 et dirigea les travaux du camp retranché de Paris. Ce sont 18 forts, 5 redoutes ou réduits et 34 batteries qui furent construits entre 1874 et 1881. A peine terminés, les ouvrages de Séré de Rivières étaient périmés. La mise au point en 1885, d'un explosif nouveau, la mélinite, rendaient caduques toutes les fortifications existantes. Alors que les efforts de modernisation des forts se portaient surtout sur les lignes frontières comme le camp retranché de Verdun, Paris est délaissé, y compris les forts de la deuxième ceinture qui commençaient à dater. Toutefois, la réalisation du chemin de fer de Grande Ceinture permettait de relier les forts entre eux, ce qui facilitait le mouvement des troupes. Les enceintes de pierre et de terre dont Paris avait été doté ne sont plus d'actualité et un projet de loi concernant le déclassement d'une partie de l'enceinte de Paris est étudié. La ville de Paris propose en 1884 la destruction de l'enceinte urbaine. Des débats ont lieu mais pratiquement rien ne change jusqu'au moment où la guerre de 1914 éclate. Gallieni, gouverneur militaire de Paris fit entreprendre la mise en état de l'enceinte de Paris, sachant que la capitale n'était pas prête à recevoir le choc de l'ennemi. Ce fut avec un certain soulagement que Gallieni apprit par une reconnaissance aérienne, confirmée par la cavalerie que les allemands obliquaient vers le sud-est. Dans ces conditions, Paris cessait d'être menacé. La victoire de la Marne ne pouvait pas avoir pour conséquence immédiate de supprimer définitivement tout danger mais elle délivrait Paris d'une menace imminente.

  • Titre traduit

    ˜One œcentury of defense of Paris (1814-1914)


  • Résumé

    The defence of Paris was non-existent when allied army access to Paris in 1814-1815. Many discussions between civilians and military people take place between 1818 and 1836. After this period, outworks were decided by Thiers in 1840, he was Louis-Philippe ministry. The conception of defence was organized by a surrounding wall around Paris and 16 forts outside of the city. The technics were already decayed in front of German artillery. Anyway, the prussians never attack Paris but lay siege around Paris. The two sieges of paris imposed a technical evolution in the defence of the city. A new programm of fortress was decides and general Séré de Rivieres, in charge of sappers managed the projects. From 1874 to 1881, it was built 18 outworks, 5 redoubts and 34 batteries around Paris. Just finished, these constructions were already out-of-date. In 1885, a new explosive called "Melinite" broken down all walls without beton. A projetc was studied for pulling down the old wall of the city. But the war of 1914 started and nothing happens. Gallieni? General governer of paris decided to retore the outworks because Paris was again in danger. By chance, the german army move in the south-east direction and in this position, Paris was safe.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Economica à Paris

Défenses et sièges de Paris : 1814-1914


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (580 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Notes bibliogr. Bibliogr. f. 513-535

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 01 PA10-85 (1-2)
  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2008 par Economica à Paris

Informations

  • Sous le titre : Défenses et sièges de Paris : 1814-1914
  • Dans la collection : Collection Campagnes & stratégies , 69
  • Détails : 1 vol. (VII-304 p.)
  • ISBN : 978-2-7178-5644-6
  • Annexes : Bibliogr. p. [269]-284. Glossaire. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.