Le concept des sentiments sociaux dans la philosophie politique classique (XVIIe et XVIIIe siècles)

par Spyridon Tegos

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Étienne Balibar.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le concept des sentiments sociaux vise a problematiser l'espace theorique, dans ses dimensions morales et politiques, que le paradigme de l'amour chretien avait occupe apres l'eclipse de la philia antique. Dans la deuxieme moitie du xviii siecle, le paradigme de la sympathie, debarrasse de la plupart des connotations cosmologiques, viendra occuper l'espace anthropologique laisse vacant par la nonreprise d'une forme de la philia ou de la charite secularisee. La fonction principale de la sympathie sera l'egalisation des partenaires par regulation des conflits affectifs. La normalisation sociale s'exerce ainsi dans une societe qui se pacifie dans un mouvement spontane des individus "sympathiques" sans prise en compte des differences dues au statut social ou a l'inegalite naturelle entre lesindividus. La tradition sociologique du


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (479 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 454-474

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 01 PA10-31
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.