Essai sur la destination du droit

par Serge Ridel

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Blandine Kriegel.

Soutenue en 2001

à Paris 10 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'esprit de justice implique de faire ce qu'on doit, en donnant a chacun ce a quoi il a droit. Il y a primaute du juste dans le droit et par le droit. Mais c'est aussi pratiquer l'equitable en tant que correctif de la justice legale. La relation justice-droit est fondamentale, car la justice est la finalite du droit. L'idee, "suum quique tribuere" reliee a ce que perelman appelle la justice formelle, que signifie l'exigence de justice ?. . . Cette justice dite encore abstraite se definit comme un principe d'action, selon lequel les etres d'une meme categorie essentielle doivent etre traites de la meme facon. Si le pouvoir refuse d'appliquer une regle posee par lui, la justice formelle impose au souverain le principe : "pacta sunt servanda". L'avantage concede se mesure a l'aune de la regle "prorata temporis", perseverence de la regle que l'on ne peut changer sans reste du jour au lendemain. La justice concrete decouvre le caractere mutant des normes pour connaitre ce que du. Des lors, la raison ne peut predire le resultat de leur contenu ; alveoles vides, leur remplissement reclame un choix ethique. C'est la regle "procedurale" qui verifie que la norme est acceptable parce que juste. Verifier ce que du, c'est constater l'existence de difficultes. Quelle est la nature du merite ? rawls a tente de formuler une conception de la justice detachee de cette idee. Depuis la reforme protestante dans les societes liberales, il n'existe plus de conception du bien pour rallier la totalite de la population. Il propose un systeme politique liberal, qu'il appelle : "overlapping consensus",compromis tres particulier, satisfaction artificielle d'un calcul strategique, chacun de penser : "je l'accepte parce qu'il m'arrange". Les principes de justice sont decouverts hors des conceptions particulieres du bien. Solution elitiste critiquee par habermas qui fait confiance a la confrontation la plus large des conceptions du bien, ce que rawls ecarte. La vieille loi morale n'a pas change, impregnee d'ideal, elle corrige les inegalites entre les hommes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (277 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 261-271. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 01 PA10-17
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.