L'enjeu philosophique et les limites du concept de justice

par Christine Castejon

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jacques Poulain.

Soutenue en 2001

à Paris 8 .


  • Résumé

    @Il s'agissait tout d'abord de comprendre pourquoi Théorie de la justice de John Rawls a un écho si considérable pour aussi peu de conséquences concrètes sur l'injustice. Les conceptions moralisantes et normalisantes de la justice (Rawls, Habermas) oublient que l'homme est un être de pensée et que l'on étouffe la pensée en cherchant le consensus à n'importe quel prix. Platon inventa la philosophie parce qu'il avait perçu, sinon thématisé, le double logos : celui qui crée le lien et celui qui affirme sa propre vérité. La découverte de Platon a été plusieurs fois confirmée, en particulier par C. S. Peirce qui n'a cependant jamais compris, pas plus que toutes les pragmatiques du vingtième siècle, d'où vient la force du langage. Entre les deux logos, ce rapport : le lien ne peut reposer que sur la recherche de la vérité, qui n'est ni vérité scientifique, ni vérité morale, mais vérité du jugement théorique. Affirmer notre vérité d'êtres théoriques permet de localiser la justice dans tout "acte de penser".


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 424 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr f. 408-420

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1546
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.