Etude de l'interaction entre les antibiotiques mls b et les ribosomes bacteriens par rmn et modelisation moleculaire. Application a un phenomene de resistance antibiotique

par LAURENT VERDIER

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de JEAN-PIERRE GIRAULT.

Soutenue en 2001

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les macrolides, lincosamides et streptogramines b (mls b) sont des antibiotiques qui inhibent la biosynthese proteique pendant la phase d'elongation en se fixant sur la sous-unite ribosomale 50s. L'interaction de ces molecules sur le ribosome comporte deux etapes : = > une interaction faible qui peut etre detectee et mesuree par rmn = > une interaction forte (k d = 10 7 10 9 m) detectee par des tests biologiques (tests de binding) mais possedant une trop forte affinite pour etre caracterisee en rmn. L'interaction faible observee par rmn serait precurseur de l'interaction forte. Cette interaction faible, observee par des experiences de trnoes, est la premiere etape servant de reconnaissance et de selection par les ribosomes. Le site d'interaction faible serait une etape necessaire a la fixation forte. Lors de cette etude, nous avons caracterise l'interaction faible des antibiotiques mls b avec differentes souches de ribosomes bacteriens par des experiences rmn de trnoes et par la determination de constantes cinetiques et thermodynamiques (methode du t 2(cpmg). Nous avons conduit l'etude de ce type d'interaction aux antibiotiques lincosamides, macrolides et ketolides afin de comparer leurs structures liees et leur affinite a differentes souches de ribosomes bacteriens (e. Coli, s. Aureus et s. Pneumoniae). Cette etude nous a permis de proposer une relation entre la structure de ces antibiotiques et leurs activite. Nous avons egalement pu mettre en evidence l'existence d'une region impliquee dans la fixation faible, commune aux differents antibiotiques. Pour finir, nous nous sommes interesses a un nouveau mode de resistance qui concerne l'action sur les ribosomes s. Aureurs de pentapeptides induisant des resistances aux macrolides et ketolides. Nous avons mis en evidence que ces pentapeptides inhibent l'interaction faible antibiotique-ribosome, puis nous avons determine les structures du e- et du k-peptide lies aux ribosomes staphylococcus aureus.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 256 p.
  • Annexes : 342 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS2001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.