Etude du pouvoir pathogene et recherche des facteurs de virulence de bacillus thuringiensis serotype h34, 3a3b et h14 dans un modele d'infections cutanees et pulmonaires chez la souris balb/c

par ERIC HERNANDEZ

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de GILLES MARCHAL.

Soutenue en 2001

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Bacillus thuringiensis (bt) est une bacterie utilisee pour la lutte contre les insectes. En bacteriologie medicale, bt est considere comme non pathogene. En 1995 nous avons isole une souche de bt h34 en culture pure dans des lesions de myonecroses chez un soldat francais grievement blesse par une explosion de mine antichar a sarajevo. Afin de differencier une infection d'une contamination accidentelle, nous avons infecte des souris balb/c avec 10 7 bacteries dans le derme abdominal. L'infection s'est accompagnee de lesions inflammatoires suivies de necrose. Bt etant un biopesticide largement utilise par aerosols, nous avons evalue le risque d'infection apres inhalation dans un modele d'infection pulmonaire chez la souris balb/c non immunodeprimee. Tous les animaux infectes avec 10 8 spores de bt h34 sont morts en moins de 8 h dans un tableau de choc (hypothermie, atonie musculaire, herissement du poil) associe a des hemorragies nasales. La mortalite apres infection par les serotypes commerciaux 3a3b et h14 etaient de 80 et 40%. Chez les animaux survivants, les spores de bt phagocytees par les macrophages persistaient au-dela de 3 semaines dans le tractus pulmonaire. L'infection combinee par 10 2 spores de bt h34 et du virus de la grippe a tue 50% des animaux. Les -endotoxines ne sont pas indispensables au pouvoir pathogene chez l'animal. L'instillation de surnageant des cultures de bt h34, 3a3b et h14 ayant entraine, a des degres variables le deces des animaux. L'inhibition de la thuringiolysine faisant diminuer significativement la mortalite nous pensons que cette toxine est directement impliquee dans la letalite. L'etude de differents mutants deletes pour cette hemolysine et d'autres facteurs putatifs de virulence (phospholipase c, hemolysine hbl) a montre qu'aucune de ces toxines n'agissait seule. Seule la souche deletee pour le gene plcr responsable de la secretion de la proteine de regulation de la plupart des facteurs de virulence de cette bacterie est inoffensive. Bien que les doses inhalees lors de l'exposition directe a un aerosol sont inferieures a celles susceptibles de declencher l'infection, l'ensemble de ces resultats demontrent que bt peut se comporter, comme son proche cousin b. Cereus, en pathogene opportuniste et que l'isolement de cette bacterie en clinique doit etre pris en consideration.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 109 p.
  • Annexes : 148 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS2001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.