Le souffle de la provocation. Emergence et évolution des mouvements des femmes en France et en République Fédérale d'Allemagne (1968-1976)

par Kristina Schulz

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Marie-Claire Hoock-Demarle.

Soutenue en 2001

à Paris 7 .


  • Résumé

    Dans la temporalité historique de l'histoire des genres dans les sociétés occidentales, les années soixante-dix représentent une césure. Pour la première fois au vingtième siècle la construction des rapports du genre est mise en cause d'une façon publique, manifeste et explicite par des mouvements sociaux de large ampleur. L'étude "Le souffle de la provocation. Formation et mobilisation des mouvements des femmes en France et en RFA (1968-1976)" a pour objet de comparer les mouvements des femmes qui se développent simultanément des deux côtés de Rhin. Comment et sous quelles conditions naissent les mouvements et comment peut-on expliquer leur simultanéité ? Est-ce que, par leurs réflexions et leurs pratiques, les mouvements des femmes apportent des modifications sociales ? Quelle est l'influence des éléments socio-culturels et politiques propres aux contextes nationaux de chaque pays sur le développement des mouvements ? Commençant au lendemain des évènements de 1968, l'auteur retrace d'une manière comparative les processus de formation, de mobilisation et de démobilisation des deux mouvements afin de comprendre à la fois leurs convergences et les divergences. . .


  • Résumé

    How did women's movements mobilize for women's rights and how did they influence agenda setting in European countries ? The rise of the women's movements in the late sixties and the seventies was one of the main features common to western democracies. The protest of women not only concerned the decriminalization of abortion, nor was it limited to political participation demands. By linking relations between men and women on the one hand and power relations on the other hand, the women's movements asked for gender equality in "all" areas of society. This spread of grievances was due to a broad definition of politics, accentuating the political character of the privat. In this, the women's movements followed the anti-authoritarian revolt of 1968 declaring "the privat" as "political". The study which falls within the scope of historical as well as social scientist research is to focus the women's movements in France and in West-Germany. The movements of these countries are chosen because of, at first, their connection to the left movements of the late sixties. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 330 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2001) 066
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.