Les procédés photomécaniques et l'illustration des textes littéraires français dans le dernier quart du XIXème siècle

par Torahiko Terada

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Anne-Marie Christin.

Soutenue en 2001

à Paris 7 .


  • Résumé

    L'illustration a triomphé au XIXème siècle. Le bois de bout, la lithographie, l'eau-forte, ayant illustré les publications de la première moitié du XIXème siècle, ont suscité l'admiration du collectionneur. A l'inverse, l'illustration reproduite industriellement par procédé photomécanique a été souvent l'objet du mépris parmi les connaisseurs. Pourquoi une telle disgrâce ? En effet, le livre illustré traditionnel bénéficie du prestige de l'oeuvre d'art, puisque son illustration n'est rien moins qu'une gravure véritable. Le dessin reproduit par le procédé photomécanique a été considéré au contraire comme produit industriel, sans âme, ni valeurs artistiques. Toutefois, l'illustration multipliée indéfiniment grâce au procédé photomécanique devrait-elle être jugée selon les échelles traditionnelles des valeurs esthétiques? Celles-ci sont-elles toujours appropriées à l'ère de la reproductibilité mécanique? L'illustration par procédé photomécanique, identique par apparence à l'illustration traditionnelle, est pourtant intrinsèquement différente de la gravure. L'illustration photomécanique franchit allégrement les frontières tracées pour classer l'oeuvre d'art. Les livres illustrés publiés par les éditeurs Marpon et Flammarion entre 1880 et 1890 en donne un bon exemple. . .


  • Résumé

    The illustration has been a triumphant success in the XIXth century. The woodcut, the lithography, the etching, having illustrated the publications of the first half of the XIXth century, aroused the admiration of the collector. On the contrary, the illustration reproduced industrially by photomechanical process was often the object of the contempt among the connoisseurs. Why such a disgrace ? Indeed, the traditional illustrated book benefits from the prestige of the objet d'art, because its illustration is nothing less than a real work of art. The drawing reproduced by the photomechanical process was considered on the contrary as industrial good, without soul, nor artistic values. However, should the illustration multiplied infinitely by the photomechanical process be considered according to the traditional scales of the aesthetic values ? Are these always suited to the era of the mechanical reproductibility ? The illustration reproduced by photomechanical process, who has exactly the same appearence as the traditional illustration, is nevertheless intrinsically different from the work of art. The photomechanical illustration crosses allégrement the borders drawn to classify the object of art. The illustrated books published by the Marpon and Flammarion between 1880 and 1890 give a good example of it. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2vol. 417 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2001)63

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5858
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.