Appropriation des mathématiques dans une langue africaine : le Yoruba

par Dafon Aime Segla

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Roshdi Rashed.

Soutenue en 2001

à Paris 7 .


  • Résumé

    La science et son développement tels que connus dans la Grèce antique, en Egypte, en Inde et en Europe semblent n'avoir pas existé en Afrique au sud du Sahara. Mais la science est universelle. Si de plus, elle fait partie de la culture, comment peut-elle contribuer à l'affirmation de l'imaginaire d'une nation et de l'épanouissement de sa civilisation si ce n'est à l'aide de l'idiome du pays, la langue maternelle. Un peuple n'est-il pas perdu s'il ne peut par lui-même forger son propre imaginaire ? C'est la question que se pose l'auteur. L'imaginaire, c'est, au sens de l'auteur, ce que les mathématiques aussi ont créé de meilleur pour l'humain. L'auteur recherche et trouve dans les fonds lexicaux de la langue yoruba et dans les habitudes langagières du groupe linguistique des proto-concepts qui fondent la création de la langue scientifique mathématique. Restituant les structures intellectuelles qui ont présidé à l'élaboration des concepts mathématiques dans l'histoire des sciences, la thèse transpose et approprie en yoruba les concepts fondamentaux de base : : le point géométrique, la ligne, la surface, le volume, la fonction exponentielle, les notions de limite, de continuité, de grandeur, de nombre, de rapport (raison), de proportion, de l'infini mathématique, de différentielle, d'angle, de double, de pair et de l'impair, les fonctions trigonométriques simples, le plus (+), le moins (-), le centre, le nombre négatif, etc. I/auteur étudie aussi, à travers les processus logico-mathématiques du calcul mental, les capacités cognitives des populations yoruba. Afin de répercuter les implications didactiques de la recherche dans les curricula pédagogiques, la thèse aborde brièvement les questions en rapport avec la théorie sociale de l'éducation et de la cognition. L'auteur met en perspective l'appropriation, dans la langue africaine, de la mathématique de l'espace. Cette appropriation trouverait sa base constitutive dans l'approfondissement de l'étude du concept que les peuples ont des corps célestes (cosmogonie)


  • Résumé

    It seems that Science and its development such as shown in the Antic Greece, in Egypt, in India and in Europe did not exist in Africa south of Sahara. But Science is universal. More, if it takes part of the culture, how can it contribute towards the assertion of a nation's imaginary and the blossoming of its civilization a part from the help of the idiom of the country itself, the mother tongue? People will be lost if it cannot create its own imaginary. This is the author reflection. The imaginary is, for the author, what the mathematics also have made for the best of the human being. The author has been searching and has found in the roots of the lexicon of the Yoruba language and in the linguistics habits of the Yoruba people the "proto-concepts" from which he has built up a mathematical language of creation in Yoruba. Giving back the intellectual structures that were based on the mathematics concept elaboration in the history of science, the thesis transposes and provides the Yoruba language with the fundamental concepts, for example: Geometric point, the line, the surface area, the volume, the exponential function, the notions of limits, of continuity, of size, of number, of ratio, of proportion, of mathematical infinity, of differential, of angle, of double, of even & odd, of trigonometric functions, of the plus, of the minus, of the center, of the negative figure etc. The author study also through the mental arithmetic logic's process, the cognitive capacity of the Yoruba people. In order to reflect the technical implications on the educational curricula, the thesis tackle briefly the questions on the sociology of education and cognition. The author puts the prospect appropriation, in the African language, mathematics of space which would find its component base in the increasing study of the concept that the people has got heavenly bodies (cosmogony. )

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 463 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2001) 050

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5806
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.