La cruauté dans les nouvelles de Joyce Carol Oates

par Claire Chaplier

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Claire Bruyère.

Soutenue en 2001

à Paris 7 .


  • Résumé

    Dans certaines nouvelles de Joyce Carol Oates (écrivain américain, née en 1938), une forte concentration de scènes de cruauté verbale et physique envahit les pages (recueils parus à ce jour entre 1963 et 1996). Cette constatation récurrente nous a amené à examiner le lien entre la cruauté et le genre de la nouvelle. Comme la cruauté n'est pas un concept, il a fallu tracer les grandes lignes directrices (mythologique, philosophique, théologique, psychanalytique) qui éclairent son ( ses) origine(s) dans la pensée occidentale ainsi que ses conséquences sur l'individu. Cependant, elle reste difficile à cerner de près. D'autre part, une étude des techniques narratives révèle l'immense richesse des situations cruelles créées par J. C. Oates. La montée de la tension, la focalisation interne, les fins ouvertes, la répétition obsessionnelles de certaines structures syntaxiques et phonématiques entre autres contribuent à établir une " cruauté narrative " dans ces nouvelles. Nous avons également montré comment ce genre convient à l'écrivain pour aiguiser la peinture des conflits psychologiques intenses auxquels est soumis l'individu dans la société. Si la thématique traitée est universelle, ce sont les relations paroxystiques au sein des liens familiaux et amoureux qui intéressent J. C. Oates. Le monde de la nouvelle Oatesienne est riche de personnages en quête d'amour. Cependant, les relations parents-enfants et sentimentales tournent au cauchemar ; les peurs les plus profondes font surface. Les protagonistes sont représentés comme à la recherche d'un accomplissement de " soi ". Cependant, la cruauté ne résulte pas uniquement des relations interindividuelles passionnelles, mais souvent de la pression sociale masculine sur la femme à travers le corps de cette dernière. La femme apparaît comme une victime parfois ambivalente et il lui arrive d'être bourreau surtout dans le cas de très jeunes filles. Plusieurs types d'agressions surgissent en raison de la " féminité " e de ses traits. Dans le contexte de l'Amérique contemporaine, blanche, relevant de la classe bourgeoise, le viol et l'avortement font surgir l'ambigui͏̈té de la situation et l'ambivalence du personnage féminin par le biais de la nouvelle qui parvient habilement à faire appel à l'imagination du lecteur, puis à le troubler.


  • Résumé

    Some of Joyce Carol Oates's short stories (woman writer, born in 1938) are marked by an impressive number of scenes of verbal and physical cruelty (collections published nowadays between 1963 and 1996). This recurring observation led us to examine the connection between cruelty and the short story. As it is not a concept, we first set out a number of guidelines (mythological, philosophical, theological, psychoanalytical) which allow us to throw light on its origin (s) in western thought and its consequences on the individual. Nevertheless, cruelty remains difficult to define. Moreover, a study of the narrative techniques has revealed the richness of the cruel situations created by J. C. Oates. The increasing tension, the internal focalisation, the open endings, the obsessive repetitions of syntactic structures all contribute to establish a "narrative cruelty" in these short stories. We have also demonstrated how this genre enables the writer to sharpen the painting of the intense psychological conflicts to which the individual is subjected in society. If the thematic is universal, it is the paroxystical relationships within the family and loving links which concerns J. C. Oates. The world of the Oatesian short story is characterized by a wide number of characters in search of love. Yet, the child-parent and sentimental relationships turn into nightmares ; their deepest fears surface. The protagonists are thus represented as if they were searching for a 'self'. Cruelty, however, is not only the result of passionate ties, but often the result of masculine social pressure on the woman exerted through her body. The woman appears as a sometimes ambivalent victim and she can also become a victimizer in the case of very young girls. Several types of aggressions arise out of 'feminity' and its features. Within the context of a contemporary, white, middle-class America, rape and abortion highlight the ambiguity of the situation and the ambivalence of the female character throughout the short story which skilfully manages to call for the imagination of the reader and disturb him.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (572 p.)
  • Notes : Reproduction autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL(2001)001

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5276
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.