Comment naissent les elements transposables ? caracterisation et evolution de familles non autonomes de type mite et sine chez le moustique culex pipiens

par CEDRIC FESCHOTTE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de CLAUDE MOUCHES.

Soutenue en 2001

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Nous avons caracterise le gene white de culex pipiens et montre que les introns 1 et 2 de ce gene sont significativement plus grands que chez la plupart des autres especes de dipteres. Nos analyses suggerent que la taille de ces introns varie egalement au sein de l'espece c. Pipiens. Nous avons decouvert qu'au moins onze elements transposables differents se sont recemment inseres dans les introns 1 et 2 du gene white de la souche tem-r de c. Pipiens. Ces resultats refletent la mobilisation massive et frequente des elements transposables chez cette espece. Paradoxalement, tous les elements associes au gene white de c. Pipiens sont non autonomes. La plupart appartiennent a des familles jusqu'alors inconnues chez cette espece et rarement decrites chez les insectes (mites et sines). Afin de mieux comprendre comment naissent et s'amplifient ces elements depourvus de capacite codante, nous avons caracterise en detail une famille de sines, twin, et une famille de mites, mimo. La structure inedite des sines twin suggere qu'ils proviennent de la retroposition d'un transcrit contenant deux genes d'arnt. La structure secondaire de ce transcrit aurait favorise sa reconnaissance par une transcriptase inverse codee ailleurs dans le genome. Les mites mimo, quant a eux, ressemblent a des transposons de classe ii non autonomes : petite taille, repetitions terminales inversees et specificite d'insertion pour la sequence ta. De plus, les extremites de mimo presentent des similarites significatives avec d'autres familles de mites (wujin d'aedes aegypti et emigrant d'arabidopsis thaliana), mais aussi avec des elements de la superfamille tc1/mariner (classe ii), et en particulier le groupe pogo. Ces observations suggerent que ces mites ont ete mobilises par une transposase codee par un element de type pogo. Pour confirmer cette hypothese, nous avons recherche dans la sequence complete du genome d'a. Thaliana la source de transposase des mites emigrant et identifie lemil, le premier representant potentiellement complet de la famille pogo chez les plantes. Notre analyse genomique montre que la famille de mites emigrant est derivee de ce transposon fossile.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 267 p.
  • Annexes : 476 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 2001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.