Rêver la nation : le discours nationaliste de la Jeune Irlande 1842-1848

par Ghislaine Saison

Thèse de doctorat en Civilisation britannique

Sous la direction de Paul Brennan.

Soutenue en 2001

à Paris 3 .


  • Résumé

    Depuis 1801, l'Irlande et la Grande-Bretagne forment le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. En 1842, le mouvement nationaliste de la Jeune Irlande naît, crée par Thomas Davis, Charles Gavan Duffy et John Blake Dillon qui fondent un journal , The nation, pour diffuser leurs idées. En juil et 1848, un soulèvement organisé par le mouvement pour renverser le gouvernement britannique en Irlande échoue. La plupart des Jeunes Irlandais sont condamnés à la déportation pour trahison. Avec pour arrière-plan la Grande Famine à partir de 1845, la Jeune Irlande appelle de ses voeux, pendant ses six années d'existence, l'avènement d'une nation souveraine, unie et capable de rassembler un peuple irlandais réconcilié qui serait parvenu à enterrer ses divisions socio-religieuses. Cette thèse étudie pourquoi la nation imaginée par ces intellectuels est r^évée. . .

  • Titre traduit

    The nationalist dream of Young Ireland 1842-1848


  • Résumé

    In 1842, the Irish nationalist movement called Young Ireland was created by Thomas Davis, Charles Gavan Duffy and John Blake Dillon, who launched a newspaper, The nation, to advocate the creation of a united Irish nation. In July 1848, Young Ireland organised a rebellion to overthrow the British government in Ireland. The rebellion was a complete failure and the movement ceased to exist. From 1842 to 1848, Young Ireland called for the creation of an ideal Irish nation, founded on national reconciliation and representing the different peoples of Ireland, Catholics and Protestants alike. This thesis aims at analysing how the nation imagined by Young Ireland can be considered as a dream. .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 472 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 449-465. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5383
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.