Pièces d'identité : les formes de la discontinuité dans l'oeuvre de Henry Roth

par Virginia Ricard (Cox Ricard)

Thèse de doctorat en Littérature américaine

Sous la direction de Marie-Christine Lemardeley.

Soutenue en 2001

à Paris 3 .


  • Résumé

    En 1934, à l'âge de vingt-huit ans, Henry Roth publie son premier roman, "Call it sleep", aujourd'hui considéré comme un des chefs d'oeuvre du modernisme américain. Ce n'est qu'après soixante ans d'un silence presque total que Roth publiera sa deuxième oeuvre majeure, "Mercy of a rude stream", dans laquelle il reprend certains thèmes de son premier roman, en les abordant d'un point de vue radicalement différent. Une des grandes difficultés auxquelles Roth et ses critiques se sont heurtés est celui de son identité, en tant qu'homme et en tant qu'écrivain, puisqu'il se situait au point de rencontre de plusieurs courants : le roman juif, le roman prolétarien, le roman moderniste. Cette étude propose une analyse de l'oeuvre de Roth dans son ensemble. Elle met en évidence la persistance de certaines obsessions, mais aussi la transformation, le déplacement et le recyclage du matériau utilisé par l'écrivain. A la lumière de la confrontation de la correspondance, du journal inédit et des romans publiés, ce que Roth appelait sa désuétude, la panne d'écriture qui l'affligea pendant de si longues années semble pouvoir être liée au besoin d'appartenance si souvent évoqué par l'écrivain.

  • Titre traduit

    AThe puzzle of identity : forms of discontinuity in the work of Henry Roth


  • Résumé

    Henry Roth's "Call it sleep", an autobiographical novel which brought the rhythms and aesthetics of modernism to the Lower East Side, was published in 1934, when the author was twenty-eight years old. After an almost complete silence of nearly sixty years, Roth then published his only other major work, "Mercy of a rude stream", which, remarkably goes over much of the same territory as his first novel, although the story is told from a very different point of view. One of the major stumbling blocks for Roth-as well as his critics-was the question of his identity both as a man and a writer-whether Jewish, proletarian, American or modernist. This study of Roth's fiction, as well as his correspondence and journal, proposes an analysis of Roth's work as a whole. It brings to the fore the author's recurring obsessions, but also the transformation, displacement and recycling of the material that went into the writing. Roth's writer's block or, in his own words, his "desuetude" is seen in the light of the author's life-long attempt to come to terms with the need to belong.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 403 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 365-394. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5219
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.