La dramaturgie dialectale à Naples dans la première moitié du XVIIIème, de la comédie en prose à la commedeja pe mmuseca : parcours linguistiques, figures de l'ambigui͏̈té

par Constance Jori

Thèse de doctorat en Littérature italienne

Sous la direction de Gilles de Van.

Soutenue en 2001

à Paris 3 .


  • Résumé

    Au debut du xviii eme, lorsque naples passe sous la domination autrichienne, un nouveau genre theatral dialectal se developpe, a la fois en prose et en musique. De 1706 a 1730 environ, ces commedeje pe mmuseca (<< comedies en musique >>) entierement en dialecte mettent en scene le milieu populaire urbain. Elles semblent surgir des nouvelles exigences rationalistes de reforme litteraire, au nom de la nature, d'une volonte de rupture avec la tradition baroque. Le <<naturalisme dialectal>> semble le vecteur d'une polemique municipale visant la colonisation etrangere, anticentralisatrice et anti-aristocratique, d'intellectuels appartenant a la bourgeoisie, le ceto civile emergeant. Mais nous montrerons les limites de cette interpretation canonique. L'ecriture dialectale et l'univers populaire s'averent sous-tendus par un maillage complexe de filtres et de codifications litteraires qu'il faut savoir decrypter. La filiation avec la poesie baroque de basile et cortese et la commedia dell'arte, la parodie carnavalesque, l'erotisme, le pathos pre-larmoyant mettent a mal la volonte de representation. L'alterite populaire prefigure un univers de << bons sauvages >>, d'instincts et de passions primitives, qui permettent d'amuser ou d'emouvoir le public bourgeois et aristocratique. Cette hypothese sera confirmee par l'evolution linguistique interne des livrets. Entre 1730 et 1750, avec g. A. Federico, les roles serieux en toscan, sur le modele de metastase, sont reabsorbes dans la comedie. Federico renforce ainsi indirectement les hierarchies rhetoriques et socio-linguistiques etablies : l'ideologie anti♭ aristocratique et anti-centralisatrice montre ses limites. C'est aussi ce que viendra confirmer, sur un autre plan, l'oeuvre de p. Trinchera, entre 1726 et 1753. Par dela les revendications de defense de la nature et de la dignite du menu peuple, par-dela l'apparente satire anti-clericale, trinchera met en oeuvre d'habiles strategies rhetoriques et auto-promotionnelles, opposees et complementaires a celles de son rival g. A. Federico. Le jeu sur le pluri-linguisme et le meta-theatre lui permettent de valoriser sa propre dramaturgie dialectale.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 505 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?