Essence d'une nation : cinéma, société et idée nationale en France à la fin des années vingt

par Dimitri Vezyroglou

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pascal Ory.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le cinéma, en tant qu'objet d'histoire culturelle, se définit à la fois comme une production artistique et comme une pratique sociale. Il s'agit de contextualiser l'étude des représentations sociales qu'il véhicule, c'est-à-dire de mettre en valeur le conditionnement social de leur production et de leur réception. Sur le plan épistémologique, le choix du temps bref de la fin des années vingt permet l'exploration des manifestations les plus fines des mentalités de l'époque. Sur le plan méthodologique, il permet de croiser des sources très diverses, et donc d'envisager tous les liens qui unissent l'imaginaire social à son contexte. Or le cinéma cristallise, à cette époque, les principales interrogations autour de l'idée nationale française, dans un contexte de modernisation et de fin d'après-guerre. L'étude de la réception des films et de la perception du cinéma par le corps social met en évidence le palier que constitue cette période dans l'histoire du spectacle cinématographique en France et l'évolution des rapports entre les pouvoirs publics et le cinéma. C'est aussi l'apogée d'une conception du cinéma comme arme de la conquête idéologique des masses. L'étude du champ de la production cinématographique, de la situation des auteurs dans ce champ et du film comme "produit national" permet de comprendre la valeur et la portée des représentations produites, envisagées selon la gradation de leur valeur heuristique. Le premier degré est celui du rapport à l'espace national et aux structures sociales, marqué par une projection très littéraire et conventionnelle de l'idée nationale. Au deuxième degré -celui du rapport au temps présent -le cinéma condense les craintes et les espoirs liés à la modernité dans l'imaginaire social de l'époque. C'est au troisième degré -le rapport au passé -qu'apparaît la clé de cette "projection nationale" : la modernité vécue comme une perte, la reconnaissance et le deuil de cette perte, et la recherche de repères dans le passé national


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par CNRS éd. à Paris

Le cinéma en France à la veille du parlant : un essai d'histoire culturelle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (641 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 527-545. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre d'histoire sociale du 20e siècle. Bibliothèque.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : T 876
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5575
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par CNRS éd. à Paris

Informations

  • Sous le titre : Le cinéma en France à la veille du parlant : un essai d'histoire culturelle
  • Dans la collection : Cinéma et audiovisuel
  • Détails : 1 vol. (380 p.)
  • ISBN : 978-2-271-07120-0
  • Annexes : Bibliogr. p. [357]-364. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.