Les Nevers : une maison noble et ses clientèles dans la trame de l' État royal (vers 1550 - vers 1620)

par Ariane Boltanski

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicole Lemaître.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    Ce travail décrit, à travers l'étude d'une maison noble, celle des Gonzague, ducs de Nevers, le jeu des relations entre des Grands du royaume de France et l'Etat royal, dans la seconde moitié du XVIe siècle et les deux premières décennies du XVIIe. Il vise à apporter une contribution au problème de la construction monarchique et réexamine la question de la transition entre féodalisme et État moderne, dans des termes qui ne sont pas ceux de l'historiographie classique. Les rapports de ces Grands et de la monarchie ne se sont pas déployés sur le mode d'une lutte pour la prééminence politique : pour se conserver, les Nevers se sont associés à la construction même de l'Etat et le Pouvoir, loin de détruire cette maison féodale, en a assuré la perpétuation, politique, économique et. Sociale, en l'inscrivant dans la trame de l'État-royal. Dans la seconde moitié du XVIe, des compromis s'instaurent entre les Nevers et l'Etat, associant ces deux puissances à travers des échanges généralisés. Le système ainsi institué repose sur un partage du pouvoir , établi localement, dans les domaines ducaux et les gouvernements, le Nivernais, la Champagne, attribués au duc, lui permettant d'exercer son autorité à un double titre comme feudataire et représentant du roi. Le fonctionnement original du réseau de clientèle des Nevers joue un rôle décisif dans l'efficience de ce système: il s'agit d'une organisation remarquablement stable, permettant au duc et, par sa médiation, au roi, de contrôler un vaste groupe de protégés et aux clients de cumuler deux fidélités. Ce système a dû affronter deux séries d'épreuves : la première, les guerres de Religion, constitue une crise externe, ne découlant pas d'un dysfonctionnement intrinsèque, mais de la rupture religieuse - l'édifice politique et clientélaire est alors parvenu à se maintenir; en 1614- 1617, la révolte des princes est l'occasion, cette fois, d'une crise interne et aboutit, en Champagne, à une réduction effective du pouvoir des Nevers.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par Droz à Genève

Les ducs de Nevers et l'État royal : genèse d'un compromis, ca 1550-ca 1600


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (838 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 756-785. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par Droz à Genève

Informations

  • Sous le titre : Les ducs de Nevers et l'État royal : genèse d'un compromis, ca 1550-ca 1600
  • Dans la collection : Travaux d'humanisme et Renaissance , 419 , 0082-6081
  • Détails : 1 vol. (580 p.)
  • ISBN : 2-600-01022-X
  • Annexes : Bibliogr. p. [517]-552. Notes bibliogr. & index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.