Bernard Laffaille (1900-1955), ingénieur : de l'entreprise au bureau d'études : modes d'exercice et pensée technique

par Nicolas Nogue

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Gérard Monnier.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    Cette thèse analyse l'oeuvre de l'ingénieur centralien Bernard Laffaille (1900-1955), pionnier des structures en voiles et coques, de béton armé ou de métal. Fondant ses recherches sur une nouvelle approche de la morphologie des voiles minces, l'ingénieur figure parmi les premiers constructeurs de surfaces gauches (paraboloi͏̈des hyperboliques, conoi͏̈des et hyperboloi͏̈des de révolution) et de coques plissées résistantes. Après la Seconde Guerre mondiale, Laffaille participa à la reconstruction du pays en élaborant divers ouvrage sur la base de nouveaux procédés de préfabrication, pour la SNCF, le ministère de l'Education nationale et le ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme. La fin de sa carrière est marquée par sa collaboration avec des architectes dans le but d'exploiter sur le plan plastique et esthétique les nouvelles structures qu'il avait inventées, à l'instar de l'église Notre-Dame à Royan, qu'il conçut avec l'architecte G. Gillet.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1760 p.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p. 820-868. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Montpellier. Bibliothèque du LMGC.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH-NOG-01
  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.