Le démembrement du corps

par Lucile Travert

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Éliane Chiron.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    C'est sur une production plastique continue que nous allons porter notre analyse et chercher à préciser les implications de la pensée et du corps dans le processus d'une création qui depuis 1989 traite toujours d'un seul et même sujet, le corps. Le sujet semble être ce qui constitue la peinture depuis ses origines. Pour la peinture dite figurative dont le but est de figurer, de représenter, le sujet est omniprésent. Il énonce le problème de la narration pour cette peinture qui finit par raconter plus qu'elle ne montre. En effet, telle est l'ambiguïté de la Figuration. Aussi, comment faire pour conjurer la narration dans une peinture figurative ? Nous allons tenter de surmonter notre thèse de départ, à savoir que plus la figuration montre moins elle donne à voir. Pour ce faire nous émettrons l'hypothèse, dans le cadre précis de notre pratique plastique dont le sujet est le corps, d'arracher la figure au figuratif c'est-à-dire de rompre avec le motif figuratif pour préserver le sujet figuraI. Perdre le motif pour maintenir le sujet, telle serait la solution offerte à la peinture figurative pour se sortir d'elle-même, se maintenir et enfin se préserver. Pour cette rupture nous utiliserons le concept de démembrement parce qu'il permet de maintenir le corps dans un état de perte, par son mouvement d'effondrement, et un état de recouvrement, par son mouvement de dépassement. Le démembrement installe le travail dans un perpétuel mouvement de rupture et de tentative de reconstruction. Nous découvrirons à la fin de cette recherche que le démembrement a permis de transformer le motif figuratif en sujet fIgurai, de transférer l'espace traditionnel de la peinture figurative en espace figurai et, enfin, de transfigurer l'oeuvre figurative en oeuvre flgurale où corps et esprit se croisent en un centre qui se brise en permanence. Le démembrement, et non démembrer, situe la recherche plastique du corps dans une durée, un temps inachevé, inachevable en perpétuel retour sur soi. Il expulse l'artiste de son oeuvre. L'artiste mène alors une quête, celle de la perte de ce qu'il n'a jamais eu et qu'il n'aura jamais, c'est-à-dire la perte de l'origine.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par A.N.R.T. Université de Lille III à Lille

Le démembrement du corps


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 245 p.
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p. 243-244. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par A.N.R.T. Université de Lille III à Lille

Informations

  • Sous le titre : Le démembrement du corps
  • Dans la collection : Lille Thèses , 27755 , 0294-1767
  • Détails : 1 microfiche
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.