"Les tombes en blocs mégalithiques et en maçonnerie de pierres sèches du Levant et la Péninsule arabique aux IVe et IIIe millénaires avant J. -C. "

par Tara Steimer-Herbet

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Jean-Louis Huot.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    Les tombes en blocs mégalithiques et en maçonnerie de pierres sèches se distribuent dans le Levant et la Péninsule arabique aux Ive et I~ millénaires avant J. -C. Parmi de nombreux types de tombes, l'analyse morphologique a fait apparaître trois grands ensembles de monuments funéraires: dolmens, tombes circulaires hautes, tumuli à ciste. Ces monuments se distribuent géographiquement dans des zones de pâturage, le plus souvent liées à un milieu semi-aride. Les nécropoles de dolmens couvrent principalement la Syrie du sud et la Jordanie. Du nord, celles des tumuli à ciste sont concentrées dans le Néguev, alors que celles des tombes circulaires hautes se disséminent sur un vaste territoire qui s'étend du Sinai͏̈ au Yémen. Contrairement à ceux des zones côtières du Levant, les modes funéraires des marges arides du Ive au me millénaire étaient relativement mal connus. Ce travail réuni un corpus de plus de 10 000 tombes, qui, outre la connaissance des traditions architecturales funéraires de ces régions, a permis de distinguer les multiples facettes socio-économiques des sociétés qui ont utilisé, pendant 1500 ans un mode funéraire unique. En effet, la fin du IVe et le IIIe millénaire apparaissent être des moments clefs de formation et d'expérimentation des systèmes pastoraux d'une manière analogue aux premières formes élaborées au même moment dans les systèmes urbains. La relation entre les deux phénomènes est, dans certaines régions, assez proche. En effet certains groupes de pasteurs paraissent avoir expérimentés sans suite des formes architecturales et proto-urbaines et d'autres ont adoptés un mode de vie nomade pour lequel nous ne possédons que très peu de vestiges. L' etude des différents modes de vie pratiqués montre que l' architecture funéraire mégalithique au Proche et Moyen-Orient a essentiellement été adoptée pour délimiter un territoire et affirmer une identité culturelle; lorsque ces besoins n'ont plus été nécessaires, elle a périclité.

  • Titre traduit

    Megalithics tombs in Levant and Arabia peninsula during the IV and III millenium BC


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (530 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 324-355. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 01 : 41

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5315
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2612
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.