Discours et gestes de paix pendant la Guerre de cent ans

par Nicolas Offenstadt

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Claude Gauvard.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    La paix entre princes s'exprime, à la fin du moyen âge, par des gestes accomplis dans un certain nombre de séquences rituelles. Le rite se compose et se recompose selon les acteurs et les enjeux, sans référence a une cérémonie type. A ce système rituel des grands qui font la paix, s'ajoute celui des sujets qui la fêtent. Mais les deux rites s'enchainent parfois, comme un dialogue, lorsque les sujets, devant les gestes d'affection des princes, se mettent à « faire joie ». En matière de paix, la cite de dieu et la cite terrestre s'entremêlent sans cesse, et les acteurs jouent des systèmes de références, qu'ils cumulent ou singularisent selon les enjeux. La posture du prince de paix est forte, difficile d'y échapper, même dans les moments de plus grande violence. Ce discours de paix doit être distingue du discours de concorde qui célèbre l'unité retrouvée au sein du royaume ou entre la France et l’Angleterre. L'ensemble des discours et des gestes compose ce que nous proposons de nommer une « grammaire rituelle de la paix ». La paix est loin de se limiter à une affaire diplomatique tant les attentes des sujets sont grandes en ce domaine. Si « l'opinion » exerce parfois une pression manifeste, en temps plus ordinaire elle se présente en situation de demande. Pour le commun, c'est par les prières et les processions que la paix est demandée. Ensuite, elle doit être écoutée. C'est pourquoi les textes des traites et trêves publies pensent déjà la présence des sujets. La paix relève bien à la fin du moyen âge d'un espace public ou se joue la concurrence des pouvoirs. Ils se doivent d'apparaitre vêtus de l'habit de paix. L'autre, figure de la guerre, est stigmatise pour mieux faire ressortir l'habit. Un moment est à cet égard décisif : la proclamation des ordonnances et traites de paix, ici étudiée dans le détail. C'est un lien fort entre le prince et les sujets. En définitive, la paix à la fin du moyen âge n'est ni une essence, ni une simple affaire de diplomatie. Elle doit être lue et comprise comme un opérateur du lien social et de la constitution des identités politiques.

  • Titre traduit

    Discourses and gestures of peace during the Hundred years War.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Odile Jacob à Paris

Faire la paix au Moyen Âge : discours et gestes de paix pendant la guerre de Cent Ans


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (529 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 602 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5443
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par Odile Jacob à Paris

Informations

  • Sous le titre : Faire la paix au Moyen Âge : discours et gestes de paix pendant la guerre de Cent Ans
  • Détails : 1 vol. (502 p.)
  • ISBN : 978-2-7381-1099-2
  • Annexes : Bibliogr. et sources p. [429]-475. Chronol. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.