Les pratiques patrimoniales dans et hors du droit positif : le cas des Congolais de France

par Hamba Kati-Kati

Thèse de doctorat en Droit privé

Sous la direction de Camille Kuyu Mwissa.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    La problématique de notre thèse est partie d'un constat. En effet, les pratiques matrimoniales des Congolais, même en situation d'immigration, réfèrent principalement aux normes de leur pays d'origine. Car, ces normes, intériorisées, et véhiculant les valeurs fondamentales de leur société, sont considérées comme les seules légitimes. Cependant, confrontés d'abord à une pluralité normative en situation d'immigration, il leur apparaît une contrariété entre le droit de leur pays d'accueil et le droit positif congolais sur des questions considérées de part et d'autre comme intangibles. Toutefois, dans une logique fonctionnelle, il apparaît que le rapport des émigrants congolais au droit du for, en matière matrimoniale tout au moins, tournera autour de deux stratégies: l'évitement et la complaisance. Notre thèse conclut à la relativité de nombreux concepts que l'on tient généralement pour acquis. Il en est ainsi du Droit, de la parenté, et surtout du mariage. En effet, ce dernier concept ne peut être réduit au seul modèle occidental considéré, à tort, comme universel.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 435 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.405-434. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/P2001-48
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.