Comparaison des systèmes d'apprentissage en France et en Allemagne : une analyse économétrique

par Wolfgang Schwerdt

Thèse de doctorat en Économie

Sous la direction de Michel Sollogoub.

Soutenue en 2001

à Paris 1 .


  • Résumé

    La thèse présente une comparaison économétrique des systèmes d'apprentissage en France et en Allemagne en se concentrant sur les incitations des entreprises à former des jeunes en alternance. Parmi ces incitations figure la participation des apprentis au processus de production de l'entreprise, motivation dénommée " l'argument de production immédiate ". Le deuxième type d'incitation, " l'argument d'investissement en capital humain qualifié ", se représente par les coûts d'opportunité à l'embauche d'ouvriers qualifiés sur le marché du travail extérieur: l'apprentissage permet d'obtenir une main d'oeuvre qualifiée ayant déjà acquis du capital humain spécifique à l'entreprise et ayant également développé les capacités de travail minimales requises par l'entreprises. L'analyse part d'une description détaillée du développement historique et des réalités institutionnelles actuelles. Dans les deux pays, l'apprentissage est une des deux voies possibles pour la formation professionnelle initiale (FPI), la deuxième étant la FPI sous statut scolaire. La connexion de la FPI avec les systèmes d'éducation secondaire respectifs mène à des hypothèses sur l'auto-séléction des jeunes vers une des deux voies: nous supposons ainsi que, contrairement à l'Allemagne, les jeunes français ayant une capacité de travail qualifiée moins élevé s'auto- sélectionnent vers la voie de la formation en alternance. L'évaluation économétrique mène aux résultats suivants: pour les entreprises où, par leur structure de formation, l'argument de la production immédiate joue un rôle prédominant (les entreprises de moyen et de petit taille), les activités de formation de l'entreprise et l'importance relative des instruments mesurant leur incitations se ressemblent beaucoup dans les deux pays. Cependant, pour les entreprises où l'argument d'un investissement en capital humain futur est plus pertinent (notamment les entreprises de grande taille qui établissent des programmes de formation importants) les entreprises françaises forment beaucoup moins d'apprentis, ce qui correspond à l'hypothèse que leur voie principale de recrutement d'une main d'oeuvre qualifiée est différente à cause du processus d'auto-séléction des jeunes français avec une moindre capacité de travail qualifié vers l'apprentissage.

  • Titre traduit

    Comparison of the apprenticeship systems in France and Germany : an econometric analysis


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (320 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 299-316. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre d'économie de la Sorbonne (Paris). Centre de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/P2001-100
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.