Digestion des protéines de légumeuses et réponses immunitaires chez le pocelet et le porc en croissance

par Paulo Cortes Salgado

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentale et appliquées, agronomie, sciences du sol et production végétale

Sous la direction de Jean-Paul Lallès.

Soutenue en 2001

à Rennes, ENSA .

  • Titre traduit

    Titre anglais


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'objectif de cette thèse était d'étudier l'influence des graines de légumineuses consommées par le porcelet et le porc en croissance, sur l'utilisation digestive des nutriments, le tube digestif et les réponses immunitaires aux protéines alimentaires. L'utilisation digestive de la plupart des nutriments par le porcelet, bien qu'inférieure à un régime caséine, a été satisfaisante et voisine entre légumineuses. Cependant des différences ont été notées pour certains acides aminés essentiels et certains constituants pariétaux. Les résultats de nos analyses biochimiques et immunochimiques ont convergé pour indiquer que les protéines de légumineuses étaient quasi-totalement digérées à la fin de l'iléon, mais que les flux d'acides aminés endogènes étaient accrus. C'était notamment le cas de trois protéines de masse moléculaire de 25, 27 et 30 kDa, dont l'identification par séquençage suggère qu'elles appartiennent à la famille des protéases à sérine (trypsine, chymotrypsine). Les effets des légumineuses sur le poids des tissus digestifs, et sur le poids et les activités euzymatiques du pancréas, ont été très limités. En revanche, les cryptes intestinales se sont approfondies et les activités de plusieurs enzymes intestinales ont été fortement réduites sur le duodénum uniquement. Les porcelets ont produit des anticorps plasmatiques d'isotype IgG dirigés contre les protéines de légumineuses. Celles de la famille des vicilines ont été plus immunogènes que les légumines et des différences de répertoires antigéniques ont été observées entre légumineuses. Les porcs en croissance ont apparemment bien digéré les légumineuses qu'ils ont immunologiquement tolérés. En conclusion, la consommation des légumineuses étudiées n'a pas induit de troubles digestifs, bien que nous ayons mis en évidence certains changements histo-euzymanques intestinaux et une immunogénicité spécifique. Ceci suggère qu'elles peuvent raisonnablement être incorporées dans les aliments de sevrage pour porcelets.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (200 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 359 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Bibliothèque Générale de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.