Les paléofluides de la fin de la collision varisque : évolution - pression - température - composition et rôle métallogénique : une étude pluridisciplinaire des districts à Au d'Europe occidentale

par Jean Vallance

Thèse de doctorat en Sciences de l'univers

Sous la direction de Michel Cathelineau.


  • Résumé

    Les circulations de fluides associées à la formation de gisements d'or en Europe occidentale ont été étudiées afin de reconstituer l'évolution P-T à la fin de la collision varisque et de comprendre les processus de transfert de matière au cours d'une crise métallogénique. Cette étude a conduit à l'élaboration d'un modèle unitaire de formation des gisements d'or varisque, en deux stades :Stade mésozonal : formation de structures quartzeuses vers 500��C, à 8-12 km le long d'accidents régionaux, qui constituent les uniques drains à ce stade. Les fluides associés à ces filons sont aquo-carboniques et modérément salés. Les données isotopiques montrent une perte de la signature originelle du fluide par interaction avec l'encaissant métamorphique ; Stade épizonal : remontée du bâti jusque 5 à 6 km. Percolation de fluides aqueux à des températures supérieures à 350ʿC. La connexion avec un réservoir contenant des fluides d'origine superficielle provoque, la déstabilisation des complexes transportant l'or et son dépôt vers 250ʿC. Le dépôt se fait préférentiellement au contact des sulfures précoces dont les surfaces jouent un rôle de piége électrochimique. Les transferts de matière associés à ces gisements se sont fait à deux échelles : i) localement pour des éléments comme Fe, K et Ca ; ii) à l'échelle des unités lithotectoniques pour As, S et Sb. L'encaissant des minéralisations ne présente pas de teneurs anomales en or. La comparaison avec d'autres gisements montre que cette absence de préconcentration n'est pas en contradiction avec une formation des gisements par remobilisation de l'or à partir de l'encaissant. En effet, les données de la littérature montrent que l'or a une grande solubilité dans des fluides semblables à ceux qui ont été observés au cours de cette étude, et que des quantités importantes peuvent êtres ainsi extraites. L'extraction de l'or a eu lieue au moment de la décompression et de l'intense microfissuration des unités pendant la remontée du bâti.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 326 p.
  • Notes : Autorisation de publication délivrée par le jury : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 313-326

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SC N2001 186A
  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SC N2001 186B

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 01 NAN1 0186
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.