Les représentations de la grotte ornée Mayenne-Sciences (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) dans leur cadre archéologique et régional

par Romain Pigeaud

Thèse de doctorat en Art préhistorique

Sous la direction de Denis Vialou.

Le président du jury était Henry de Lumley.

Le jury était composé de Brigitte Delluc, Jean-Laurent Monnier, Patrick Paillet, Valentín Villaverde Bonilla.

Les rapporteurs étaient Michel Lorblanchet, Georges Sauvet.


  • Résumé

    La grotte ornée Mayenne-Sciences (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) fait partie du groupe des huit abris ou cavités ornés attribués au Paléolithique supérieur au Nord de la Loire avec Gouy et Orival, Boutigny, Le Croc-Marin et les Trois Pignons, la Grotte du cheval et la Grande grotte d'Arcy-sur-Cure. Elle renferme actuellement une cinquantaine de représentations, dont des dessins noirs, des gravures et des traces digitales rouges. Après avoir décrit précisément le contexte géologique de la cavité, on s'attache à étudier le contexte archéologique externe, à partir des fouilles anciennes sur le site lui-même et les travaux modernes sur le Massif Armoricain dans la vallée de la Loire. Puis on effectue l'inventaire de l'art mobilier des "grottes de Saulges" en revisitant les anciennes collections conservées dans différents musées et en réalisant de nouveaux relevés. Enfin on recherche si dans l'environnement "immédiat" de la cavité d'autres grottes ornées de style homologue sont répertoriées. Tout ceci afin de déterminer si l'isolement géographique et culturel de Mayenne-Sciences n'est qu'apparent. [. . . ]. Un important chapitre est consacré à la description précise ainsi qu'au relevé exhaustif de toutes les représentations de la cavité, ceci afin de fournir un argumentaire tendance stylistique. Celle-ci montre que la grotte Mayenne-Sciences s'intègre dans une tendance stylistique que nous appelons art de la silhouette, tendance qui eut de l'importance au Paléolithique supérieur avant le triomphe du naturalisme magdalénien, - mais qu'elle fait montre, aussi bien dans ses associations thématiques que dans le traitement des conventions stylistiques (museau "en virgule"), d'une irréductible originalité que pour finir nous essayons de caractériser par comparaison avec d'autres cavités qui se trouvent dans la même situation. Ce qui nous amène à définir le concept de "grotte limite", c'est à dire d'une cavité à l'écart des grandes "provinces" stylistiques, et par cela même contrainte à plus d'originalité dans son langage formel, suivant un réflexe identitaire bien connu des anthropologues. Parallèlement, par des études expérimentales et des observations rapprochées, on analyse la séquence opératoire de la réalisation des représentaitons de Mayenne-Sciences ainsi que l'origine des tracés digitaux rouges et l'on propose un modèle pour le "mode d'utilisation" de la cavité.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (195-XXXVI p., [ca 100] p. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. I-XXXVI

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2001 -- 41 - 1
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2001 -- 41 - 2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.