Systématique phylogénétique des Hemiptera Psylloidea : morphologie comparée du thorax et structures secondaires de l'ARNr 18S

par David Ouvrard

Thèse de doctorat en Biodiversité et évolution

Sous la direction de Thierry Bourgoin.


  • Résumé

    Les Psylloidea forment un groupe homogène à la base des Hemiptera, mais les relations phylogénétiques entre les grands groupes qui les constituent sont mal définies. L'approche méthodologique utilisée dans cette étude fait une large part à la reconnaissance et à la sélection des caractères morphologiques et moléculaires pertinents pour la reconstruction phylogénétique du groupe, par la méthode cladistique. Afin d'établir un premier jeu de caractères morphologiques homologues, le thorax des Psylloidea est décrit, et les variations interspécifiques sont relevées, particulièrement dans le pleuron. Cette étude de morphologie comparée permet d'identifier tous les sclérites et sutures présents, afin de comprendre la séquence probable des transformations dans l'espace, qui ont conduit au pleuron métathoracique extrémement modifié des psylles. A l'inverse, l'articulation alaire ne semble pas aussi informative à ce niveau de l'analyse. Un deuxième jeu de caractères est ensuite constitué, grâce au séquençage de l'ARNr 18S de 26 espèces. Différentes matrices sont constituées, afin d'étudier l'influence de l'alignement sur la phylogénie obtenue. Il en ressort que l'alignement en fonction des structures secondaires est l'élimination d'une partie des données, pour cause de perturbation du signal phylogénétique, ou la pondération des caractères, en fonction de la nature des nucléotides, ne peuvent pas être généralisées. Les analyses séparée, puis combinée, des données conduisent à la paraphylie des Aphalaridae et des Psyllidae. Cette phylogénie permet de réfuter les scénarios évolutifs décrivant une origine gondwanienne des psylles et une évolution parallèle à celle des angiospermes. En effet, les groupes actuels proviennent probablement de quelques lignées ayant survécu à des disparitions massives, et ayant été capables de transferts horizontaux sur des plantes-hôtes apparentées


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (298 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 298 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2001 -- 33
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.