La connaissance orthographique à 9 ans : quels savoirs, quelles explications, quelles représentations ? : une étude psycholinguistique et comparative

par Peggy Pacot

Thèse de doctorat en Lettres, des Sciences du langage et des Arts

Sous la direction de Marie-Madeleine de Gaulmyn.

Soutenue en 2001

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette thèse a comparé les productions écrites d'enfants de C. E. 2. Francophones natifs et d'enfants américains de pour lesquels le français est une deuxième langue. Notre entreprise a été de faire ressortir les différences orthographiques qui existent entre les deux groupes, et ceci à deux niveaux. Le premier niveau, d'ordre linguistique, a défini l'orthographe par rapport à la langue et s'est penché sur les produits orthographiques des enfants. Il a plus particulièrement étudié les variations par rapport à la norme. Le second niveau, d'ordre psycholinguistique, a pris en compte les commentaires verbaux que les enfants ont effectués sur leur propre orthographe. D'après ces deux niveaux d'analyse nous avons distingué la performance orthographique de la compétence orthographique. Plus en avant, ces notions nous ont permis de montrer que les enfants se construisent des représentations lorsqu'ils sont confrontés à l'écrit (images mentales). Nous avons fait ressortir deux types de représentations : les représentations à contenu visuel et les représentations à contenu auditif. Au sein de ces deux catégories, les représentations se distinguent également par la direction que le projet leur assigne : le registre concret lorsque l'enfant renvoie au paramètre du quotidien et qui est orienté vers le Sé et le registre symbolique lorsque l'enfant renvoie au domaine des signes linguistiques et qui est orienté vers le Sa. A travers l'utilisation de méthodes empruntées à divers champs disciplinaires, notre objectif a été de montrer la dynamique du processus d'acquisition de l'orthographe. Notre analyse comparative a débouché sur la question de l'impact de la deuxième langue dans le processus de développement de la compétence métalinguistique.


  • Résumé

    This dissertation has compared written productions of third grade native French children and American children learning French as a second language. Our enterprise was to pull the differences existing between both groups. We distinguished two levels of analysis. The first level of analysis is linguistic. It has defined spelling through language and has studied children's orthographic products. It has particularly analyzed variations children make in relation to the orthographic norm. The second level of analysis is psycholinguistic. It has considered verbal commentaries children produce on their own spelling. Both of these levels have allowed us to differentiate spelling performance from spelling competence. Forward, we have demonstrated that children build representations when facing writing (mental images). Our study has shown that children use two types of representations when they spell : visual representations and hearing representations. Within these two categories of representations we have found that children also differentiate representations based on a concrete representation of the world (towards the meaning) from those that are based on symbolic representation of the world (towards the linguistic signs). Our objective was to show that by using different methods we can define spelling's dynamic. Our analysis has led into the following question : does learning a second language contribute to the development of metalinguistic knowledge ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 550 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.