La pensée politique de Leonard Trelawny Hobhouse

par Françoise Orazi

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Maurice Chrétien.

Soutenue en 2001

à Lyon 2 .


  • Résumé

    L. T. Hobhouse (1864-1929), un des théoriciens majeurs du " nouveau libéralisme " anglais, a proposé un projet politique qui visait à établir la justice sociale. Se fondant sur une analyse sociologique de l'histoire et de la société, il a reformulé le libéralisme pour le définir comme un collectivisme coopératif. Grâce à un développement vers un stade rationnel, l'individu devait comprendre que son intérêt propre rejoignait le bien commun. Une participation citoyenne à la société, ainsi qu'un contrôle sur l'économie étaient les conditions d'une vraie démocratie. Par conséquent, l'Etat cessait d'être conçu comme une menace pour la liberté de l'individu. Auteur de nombreux ouvrages, Hobhouse fut aussi éditorialiste au Manchester Guardian et un témoin engagé de son temps. Il s'intéressa particulièrement aux relations internationales. Ainsi, lors de la guerre des Boers il s'insurgea contre l'impérialisme de son gouvernement. Par la suite il fonda beaucoup d'espoir sur la politique du gouvernement libéral de 1906 à 1914, mais son optimisme prit fin avec la première guerre mondiale et le déclin du parti libéral qui s'ensuivit

  • Titre traduit

    The political thought of Leonard Tralawny Hobhouse


  • Résumé

    L. T. Hobhouse (1864-1929), a major theorist of British New Liberalism, put forward a political project aimed at setting up social justice. On the basis of a sociological analysis of history and of society, he reformulated Liberalism, defining it as co-operative collectivism. The individual, evolving towards reason, had to understand that his own interest was bound up with the common good. Playing a responsible part in society, together with exercising economic control, were the conditions of real democracy. Consequently the State was no longer thought to be a threat to individual liberty. Hobhouse, who wrote many books, also wrote leaders for the Manchester Guardian and was a politically committed observer of the time. He was particularly interested in international relations. During the Boer war he strongly criticised the government's imperialism. He then had high hopes for the policies of the 1906-1914 Liberal government. But his optimism ended with the first World War and the subsequent decline of the Liberal party

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 362 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 344-355. Index

Où se trouve cette thèse ?