Les maisons d'accueil spécialisées, architecture et représentations d'un lieu utopique de la réparation

par Stephan Courteix

Thèse de doctorat en Psychopathologie et psychologie clinique

Sous la direction de Paul Fustier.

Soutenue en 2001

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette recherche porte sur un corpus de 17 Maisons d'Accueil Spécialisées, pour adultes polyhandicapés. Elle investit le lien - rarement interrogé en psychologie clinique dans un abord scientifique transversal - établi lors de la création de ces institutions, entre les productions psychiques des fondateurs et les dispositifs architecturaux, que ces derniers peuvent véhiculer de l'origine jusque dans l'actuel, générant un vécu de souffrance psychique chez les soignants, et paralysant la réalisation de la tâche primaire de l'institution. Pour mener à bien ce projet, cette recherche a dû opérer une première mise en adéquation des méthodes propres à la démarche clinique (une analyse des représentations liées à l'architecture des MAS, recueillies par le Photolangage♭) et à l'investigation scientifique des objets architecturaux (analyse typomorphologique, révélant identité et diversité des bâtiments). L'apport majeur de cette approche transdisciplinaire consiste en la mise en avant de la fonction de l'architecture comme lieu de fixation et de figuration du psychique dans le matériel. Plus précisément, face au caractère traumatique de la confrontation au polyhandicap, c'est d'un double mouvement animé par le désir de meurtre et le désir de réparation des fondateurs à l'égard du handicapé que naissent les MAS. Se présentant fantasmatiquement comme un lieu d'accueil idéal du handicapé. Leur création se fonde en effet sur un projet utopique, bâti contre l'image de l'asile. Cependant, la difficulté des fondateurs à mobiliser leur imaginaire sur cet impensable lieu d'accueil du handicap conduit à la réplication spéculaire de l'institution totalitaire dans la MAS ; l'ancrage fondamental de l'utopie dans son socle spatial explique ainsi la surdétermination de l'architecture, accueillant le refoulé originaire (désir de meurtre et défenses contre celui-ci), mais permettant aussi à ce refoulé de faire retour dans la prise en charge, via la composante spatiale du cadre institutionnel.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (620 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 521-547

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.