Expression des récepteurs à la somatostatine dans les médulloblastomes et les épendymomes

par Jacques Guyotat

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Michelle Fevre Montange.

Soutenue en 2001

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Nous recherchons l'expression des cinq sous-types de récepteurs à la somatostatine dans une série de médulloblastomes et d'épendymomes. Vingt deux médulloblastomes et vingt huit épendymomes sont étudiés. Les données cliniques et l'évolution sont précisées. Les tumeurs sont caractérisées par une étude en microscopie optique et immunohistochimique. L'expression de l'ARNm des cinq sous-types de récepteurs à la somatostatine est recherchée par RT-PCR et celle de la protéine de sst1, sst2A, sst2B par immunohistochimie sur certains médulloblastomes et épendymomes. L'effet anti-prolifératif de la somatostatine est évalué in vitro par l'incorporation de thymidine tritiée sur une lignée de médulloblastome et sur des cellules tumorales de médulloblastome. Des corrélations entre l'expression des différents transcrits et des données histologiques et cliniques sont recherchées : grade, différenciation cellulaire, âge, métastase, récidive, survie. La fiabilité de la scintigraphie à l'octréotide marqué pour le diagnostic et le suivi est étudiée sur huit médulloblastomes et dix épendymomes. Les résultats sont comparés avec ceux obtenus par l'imagerie par résonance magnétique. Tous les récepteurs sont présents à des niveaux variables dans les différentes tumeurs. Dans les deux types histologiques l'ARNm du sst2 est le plus exprimé. La quantité de transcrits codant ce récepteur est deux fois plus importante dans les médulloblastomes que dans les épendymomes. Dans ce dernier type de tumeur, l'ARNm de sst1 est également fortement exprimé. En immunohistochimie, le marquage de sst1 et surtout de sst2A est plus intense dans les médulloblastomes que dans les épendymomes. La localisation observée pour le récepteur sst1 est identique pour les deux types de tumeur et est essentiellement cytoplasmique. En revanche, la localisation de sst2 est essentiellement membranaire pour les médulloblastomes et exclusivement cytoplasmique pour les épendymomes. Aucune corrélation n'est constatée entre l'évolution clinique, l'histologie et l'expression des transcrits des différents récepteurs. In vitro, la somatostatine exerce un effet anti-prolifératif significatif sur la lignée et les cellules tumorales de médulloblastome. La scintigraphie à l'octréotide marqué s'est révélée fiable sur 17 des 23 examens réalisés. Ces résultats ouvrent des perspectives pour le suivi des patients opérés de médulloblastomes et d'épendymomes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 177 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 224 Réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 321051/2001/58
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 2755
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.