Mort par apoptose de précurseurs du système nerveux central induite par des lymphocytes T activés par une infection virale : implication dans la physiopathologie de la sclérose en plaques et la myélopathie associée au virus HTLV-I

par Patricia Marduel-Beurton

Thèse de doctorat en Sciences. Neurosciences

Sous la direction de Pascale Giraudon.

Soutenue en 2001

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Pascale Giraudon.


  • Résumé

    Des lymphocytes T activés infiltrent en permanence le SNC (Système Nerveux Central) mais sont rapidement éliminés par apoptose. La persistance de lymphocytes T activés dans le SNC pourrait être impliquées dans le développement de maladies inflammatoires du SNC, telles que la SEP (Sclérose En Plaques) et la TSP/HAM (myélopathie associée au virus HTLV-I), caractérisées par une infiltration du SNC par des lymphocytes T activés, une destruction de la myéline et une perte anoxale. Les lymphocytes T activés sont suspectés induire la mort des oligodendrocytes et des précurseurs d'oligodendrocytes impliqués dans la remyélinisation du SNC. Un des mécanisme suspectés est un effet "bystander" non MHC-restreint, via la libération de facteurs toxiques (FasL, TNF", NO. . . ) par les lymphocytes T activés. L'implication du récepteur de mort, Fas, et son ligand, FasL, est suspectée. Mais les mécanismes d'activation de Fas et les voies de signalisation mises en jeu ne sont par encore élucidés. Notre but a été de mettre en évidence que des lymphocytes T activés peuvent induire la mort de précurseurs du SNC par l'activation de Fas, et d'analyser les voies de signalisation mises en jeu. Nous avons établi un modèle d'inflammation du SNC mimant les interactions entre des lymphocytes T activés, soit par PMA-ionomycine, soit par une infection virale, et des cellules du SNC. Seuls, des lymphocytes T activés par une infection virale peuvent induire la mort de précurseurs du SNC. Cette mort par apoptose implique l'activation de Fas, mais est indépendante de FasL. Elle est caspasesdépendante et met en jeu la mitochondrie. D'autre part, les lymphocytes T activés par une infection virale sont responsables de l'acquisition de la susceptibilité à la mort, en induisant l'exposition de Fas à la surface des précurseurs du SNC. Cette susceptibilité à la mort est régulée par les métalloprotéases et leurs inhibiteurs endogènes. Ces résultats supportent l'hypothèse que la mort de précurseurs d'oligodendrocytes, induite par des lymphocytes T activés infiltrant le SNC de patients développant la SEP ou la TSP/HAM, pourrait contribuer à la démyélinisation et à l'incapacité de remyélinisation observée chez les patients.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (107 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 89-107

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2001/159 BIS
  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.