Morphométrie et modélisation des formes : outils révélateurs de la biodiversité des macroflores tertiaires

par Mélanie Thiébaut

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Georges Barale.

Soutenue en 2001

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Georges Barale.


  • Résumé

    L'étude des macrorestes végétaux se limite souvent aux spécimens en meilleur état, par manque de caractères fiables de détermination. Afin de mieux estimer la biodiversité des flores tertiaires, et d'avoir une vision biologique des taxons fossiles en intégrant leur variabilité intra- et interspécifique, il serait souhaitable d'inclure les restes ignorés des inventaires paléofloristiques. Pour cela, une méthode encore trop rarement employée en paléobotanique a été choisie : la morphométrie. Une première partie de ce travail est destinée à tester l'efficacité de la morphométrie traditionnelle pour regrouper des feuilles actuelles et fossiles dans leur taxon. En un premier temps, les feuilles de quatre espèces de saules, deux de leurs hybrides, deux espèces de peupliers, et deux espèces n'appartenant pas aux Salicacées ont été étudiées. Les caractères foliaires continus mesurés sur ce matériel ont permis, après analyses multivariées, d'obtenir des regroupements de chaque feuille dans son taxon d'appartenance, à l'exception d'une feuille de Populus alba, regroupée avec celles de Populus tremula. Et ce, malgré des formes de limbe très similaires, un très important polymorphisme foliaire, allié à des problèmes d'hybridation. En un second temps, la même méthode a été appliquée à un échantillon d'empreintes fragmentaires fossiles appartenant à plusieurs espèces du genre Salix, et a fourni des résultats très satisfaisants. Une seconde partie a été consacrée à la modélisation de la forme de samares. Ainsi, il a été possible de discriminer les fruits de deux espèces actuelles d'érable, puis de reconnaître, parmi plusieurs populations fossiles de samares de Cedrelospermum, une nouvelles espèces européenne de ce genre aujourd'hui -C. Hablyae-, en dépit d'un très fort phénomène de convergence de ces fruits ailés, dû à leur fonction de dispersion. Les différents types de samares, actuelles et fossiles, ont pu être comparés, par analyses multivariées et représentation graphique superposée de leurs contours.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (247 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 215-232 et notes bibliographiques dans chaque article

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Département des sciences de la terre. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : AUT - THI 2001
  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.