Réseaux, espaces communs et espaces publics des musiques électroniques : la production de quelques sociabilités musicales d'aujourd'hui

par François Debruyne

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Élisabeth Fichez.

Soutenue en 2001

à Lille 3 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Electronic music networks, common spheres and public spheres : about the production of a few current musical sociabilities


  • Résumé

    Les musiques électroniques se déploient aujourd'hui dans une société marquée par une forte rationalisation des échanges. Elles sont au cœur des processus d'informatisation sociale, d'industrialisation des cultures musicales, dans un espace public pluriel et diffus, dont on ne sait plus trop s'il est déjà une structure d'intercompréhension solidement fermée ou s'il n'existe plus que comme une projection symbolique dans quelques rares lieux publics. Interroger l'institution du lien social dans les musiques électroniques constitue la gageure de cette recherche. L'analyse reste au plus proche du détail empirique de la pratique des acteurs et de l'agencement de leurs dispositifs musicaux. La démarche consiste - à partir d'un magasin de disques spécialisés, puis d'autres nœuds des réseaux des musiques électroniques, à savoir un site Internet et quelques soirées - à suivre la musique d'objets en sujets, d'événements en récits, pour voir comment elle s'incarne et comment elle prend sens, individuellement et collectivement. Il faut, conjointement, sans cesse revenir sur ces espaces où la musique fonde l'occasion d'une activité instituée / instituante manifeste et où de multiples formes de communication oscillent entre la fusion communautaire et la mise à distance publique du commun. Il semble que l'expérience avec la musique soit toujours un tant soit peu mêlée avec des ordres sensibles participant d'une intersubjectivité (locale, pratique, spécialisée et non universelle), produisant un peu de jeu dans les contraintes imposées par la société et étayant la socialisation des acteurs concernés. De multiples formes de sociabiliés musicales, à la fois déterminées et contingentes, apparaissent comme autant d'accommodements avec les mondes contemporains. C'est ainsi que s'organisent les économies du sens avec la musique, dans un va-et-vient incessant entre la production locale d'un commun "ordinaire" et la construction d'un espace musical comme monde à part entière

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 511 f.
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. f. 504-511

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2001-23
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle (Roubaix, Nord). UFR InfoCom. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : THE-01-DEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.