Le phénomène killer chez la levure Williopsis saturnus var. Mrakii : de la caractérisation de la protéine à la recherche du gène

par Cyril Guyard

Thèse de doctorat en Biologie et santé

Sous la direction de Jean-Charles Cailliez et de Franco Dante Menozzi.

Soutenue en 2001

à Lille 1 .


  • Résumé

    Williopsis saturnus var. Mrakii MUCL41968 secrète une toxine killer (WmKT) qui est active contre un large spectre de micro-organismes pathogènes non reliés taxonomiquement. Des Anticorps monoclonaux anti-idiotypiques dirigés contre des anticorps neutralisants anti-WmKT, ont un effet létal contre Candida albicans, Pneumocystis carinii et Mycobacterium tuberculosis. Dans le but d'étudier le mécanisme de la WmKT, nous avons purifié cette toxine à partir de surnageants de culture de W. Saturnus var. Mrakii et montré qu'il s'agit d'une glycoprotéine de 85-kDa. Le séquençage partiel de la WmKT indique que cette toxine est apparentée aux protéines SUN de levure, mais pas aux autres toxines killer.


  • Résumé

    Elle se fixe sur les cellules sensibles en utilisant les bêta-glucanes pariétaux et agit en induisant une augmentation rapide et létale de la perméabilité cellulaire. Une bêta-glucanase a un effet antagoniste sur l'activité de la toxine et des sphéroplastes dérivés de levures sensibles sont résistants à la WmKT, l'interaction avec les bêta-glucanes pariétaux semble donc requise pour l'obtention de l'effet létal de la WmKT. Un inhibiteur de glucosidase abolie l'effet biologique de la WmKT tout comme son activité hydrolytique vis-à-vis du p-nitrophényl bêta-D-glucopyranoside, il est donc probable que la WmKT agisse sur les levures sensibles en utilisant cette activité hydrolytique pour altérer la paroi cellulaire. Enfin, avec l'objectif de cloner le gène de la WmKT, nous avons isolé le gène WMSU1 du génome de W. Saturnus var. Mrakii. WMSU1 est un nouveau gène SUN codant une protéine pariétale apparentée à la WmKT. L'expression hétérologue de WMSU1 apparaît toxique pour son hôte et, tout comme la WmKT, elle induit des perturbations de la paroi cellulaire. L'analyse du génome de W. Saturnus var. Mrakii MUCL 41968 par Southern blot en utilisant un domaine très conservé de WMSU1 comme sonde montre que le gène isolé appartient à une famille multigénique qui contient certainement le gène codant la WmKT. Ces résultats suggèrent que la WmKT est une toxine killer d'un genre nouveau dont la caractérisation moléculaire conduira sans doute au développement d'un nouvel agent antimicrobien à large spectre.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (228-[30] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 204-225

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-2001-295
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.