Étude de quelques facteurs de contrôle de l'interaction entre la lactation et la reproduction chez la lapine conduite en insémination artificielle

par Michèle Théau-Clément

Thèse de doctorat en Sciences agronomiques

Sous la direction de Hubert de Rochambeau.

Soutenue en 2001

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    L'objectif de ce travail était d'améliorer la connaissance des facteurs de réussite de l'insémination artificielle (I. A) chez la lapine. Chez les lapines primipares, le stade de lactation influence la productivité mesurée 24 heures après l'IA: 6,7 - 6,8 - 11,9 - 12,8 et 13,2 oeufs fécondés/IA, respectivement pour les stades 1, 4, 12, 19 jours post partum et pour les non-allaitantes (2 jours après un sevrage à 28 jours). L'observation des ovaires, 24 heures après l'IA, révèle chez environ 20% des primipares, 2 générations de corps jaunes. Leur taux élévé de progestérone (9,4 ng/ml) au moment de l'IA, atteste de la présence d'une pseudogestation et s'accompagne de l'absence totale de fécondation dès lors qu'il dépasse 2 mg/ml. La présence d'ovulations spontanées est suggérée, mais la cause devra être déterminée. La réceptivité sexuelle des lapines au moment de l'IA est un critère important de prédiction de la productivité. Par rapport à un lot témoin (sans injection), 8 et 25 UI de PMSG administrées 48 heures avant l'IA (tous les 35 jours pendant 11 cycles de reproduction) améliorent la réceptivité et la productivité des lapines (respectivement: 5,9 vs 7,1 et 7,1 lapereaux sevrés/IA). Son efficacité n'est pas clairement démontrée pour les primipares ni pour les non-allaitantes au moments de l'IA. Aucune lapine n'a développé de réaction immunitaire visible avant la 6ème injection. Après 11 injections consécutives, 15 et 39% des lapines traitées respectivement avec 8 ou 25 UI de PMSG, avaient des anticorps anti-PMSG, sans aucune conséquence sur leur productivité. L 'injection de 8 UI de PMSG améliore de 62% la productivité des lapines multipares et allaitantes au moment de l'IA (stade 4 jours post partum) sans risque immunitaire. La productivité d'un troupeau sera donc d'autant plus importante et homogène qu'il comprendra une proportion élevée de lapines réceptives et un minimum de lapines allaitantes-non-réceptives ou pseudogestantes au moment de l'insémination.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (103 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.88 - 101

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure agronomique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 01INPT011A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.