Bases genetiques de la resistance a l'oidium chez arabidopsis thaliana : analyse de qtl et caracterisation de mutants

par CELINE SCHIFF

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de André Gallais.

Soutenue en 2001

à l'INAPG .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'oidium est un pathogene qui affecte la plupart des plantes cultivees. Deux approches complementaires ont ete menees pour mieux comprendre les bases genetiques de la resistance a erysiphe cichoracearum chez arabidopsis thaliana. Des analyses de qtl (quantitative trait loci) menees chez kas-1 et wa-1, des ecotypes resistants d'arabidopsis, montrent que la resistance a l'oidium est specifiee par des multiples locus, nommes les rpw (recognition of powdery mildew) locus. Ces etudes ont permis d'identifier cinq qtl (trois chez kas-1 et deux chez wa-1) qui expliquent environ 65% de la variation phenotypique totale dans chacun des cas. La cartographie fine du qtl majeur suggere que le meme gene soit responsable de la resistance a l'oidium chez kas-1 et wa-1. Cependant, la presence de plusieurs qtl mineurs ayant des effets additifs pour le phenotype de resistance indique que les ecotypes d'arabidopsis possedent une importante variation genetique pour la resistance a l'oidium. La seconde approche consiste en la creation de resistance par mutations d'une plante au depart sensible. Le mutant mil1 (mildew induced lesions) est plus resistant a l'oidium que la plante sauvage. Cette resistance est accompagnee par la necrose des tissus infectes et par l'hyper-activation de la voie de signalisation de l'acide salicylique associee a la defense contre les pathogenes. Le gene mil1 code une nouvelle proteine possedant deux domaines hypothetiques qui sont impliques dans differentes branches de signalisation. Mil1 pourrait integrer les niveaux de stress engendres par les attaques de pathogenes et ensuite generer un message regulant la mort cellulaire et les reactions de defense. Ces deux types d'approches permettent d'isoler des genes fonctionnellement differents. En plus de permettre de mieux comprendre les interactions entre plantes et pathogenes, ces genes peuvent etre utilises pour ameliorer la resistance a l'oidium chez les plantes cultivees.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 149 p.
  • Annexes : 349 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.