Les nouveaux mouvements religieux (N. M. R. ) et les nouveaux mouvements sociaux (N. M. S. ) dans le procès de mondialisation : pour une phénoménologie sociologique des mutations de la modernité (XIX-XXèmes siècles)

par Luc-Michel Mazenq

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Alain Pessin.

Soutenue en 2001

à Grenoble 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ces recherches explorent les mutations de l'imaginaire (géo)politique contemporain, les conditions d'actualisation de la pensée politique néo-libérale, celle des NMR et des NMS. Elles se situent entre religion et politique - espace de légitimation du pouvoir où s'effectue soit la démocratisation, soit la régression totalitaire. Pour interroger l'articulation politico-religieuse, nous avons questionné le statut du lien social dans chaque dispositif utopien. L'utopisme des NMR procède d'une philosophie du soi moniste et holistique, d'une éthique d'interdépendance (ésotérisme) contraignante (organicisme) ; dispositif déterminant également l'enracinement totalitaire du néolibéralisme. Il est destiné à réguler l'anomie résultant du démantèlement de l'Etat-providence et de l'Etat-nation, promouvant l'hégémonisme néolibéral et nord-américain. Les NMS définissent un "individualisme positif" opposé a ̀la doctrine sociale néolibérale des NMR. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol.(800 f.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p 515-540

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2001/8/1-4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.