Influence de métaux de transition sur la dégradation radicalaire de l'ADN

par Sandrine Frelon

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Jean Cadet.

Soutenue en 2001

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La dégradation radicalaire de l'ADN peut être induite par le rayonnement ionisant et son effet indirect (radiolyse de l'eau avec production de ʿOH) mais aussi par la réaction de Fenton. Cette dernière implique les métaux de transition (fer, cuivre) et le peroxyle d'hydrogène. Elle conduit à la production d'espèces réactives de l'oxygène (notamment ʿOH), capable d'oxyder une large gamme de substrats. Les bases modifiées correspondent à une classe de dommages induit par cette dégradation radicalaire. Présents in vivo, Fe2+ et Cu+ ont un rôle important dans certains processus biologiques. Des études sur leur influence dans la dégradation radicalaire de l'ADN ont été effectuées. Après traitement d'une solution d'ADN par le rayonnement [gamma] (générateur d'ʿOH) (1) ou dans les conditions de réaction de Fenton (2), une série de bases modifiées a été mesurée. La détermination du niveau de dommages a été effectuée par CLHP-SM/SM, méthode très sensible et spécifique. Les lésions suivantes ont été mesurées : diols de thymidine, 5-hydroxy-2'-désoxyuridine, 5-(hydroxyméthyl)-2'-désoxyuridine, 5-formyl-2'-désoxyuridine, 8-oxo-7,8-dihydro-2'-désoxyguanosine, 8-oxo-7,8-dihydro-2'-désoxyadénosine, 2-hydroxy-2'-désoxyadénosine, 4,6-diamino-5-formamidopyrimidine et 2,6-diamino-4-hydroxy-5-formamidopyrimidine. La comparaison des profils de distribution des bases modifiées induites dans l'ADN par les conditions (1) et (2) a permis de comprendre le rôle des métaux de transition sur les mécanismes de dégradation radio-induite de l'ADN et de savoir si la réaction de Fenton, en présence de Fe2+ ou Cu+, induisait la génération de ʿOH. Les résultats montrent que la réaction de Fenton en présence de Fe2+ induit deux mécanismes simultanés, un produisant des ʿOH, l'autre des espèces réductrices venant modifier la chimie des radicaux des bases de l'ADN. Au contraire, en présence de Cu+ et de H2O2, une dégradation prédominante de la guanine suggère l'implication d'un processus d'oxydation à un électron.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 194 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 176-194

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TS01/GRE1/0232
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS01/GRE1/0232/D
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.