Wang Chongyang (1113-1170) et la fondation du Quanzhen

par Pierre Marsone

Thèse de doctorat en Sciences religieuses

Sous la direction de Kristofer Marinus Schipper.

Soutenue en 2001

à Paris, EPHE , en partenariat avec École pratique des hautes études. Section des sciences religieuses (Paris) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le Quanzhen est le grand mouvement de renouveau du taoi͏̈sme dans la Chine moderne. Selon la tradition, son fondateur, Wang Chongyang (1113-1170), après avoir reçu des révélations des immortels, convertit sept disciples, Ma Danyang, Tan Changzhen, Liu Changsheng, Qiu Changchun, Wang Yuyang, Hao Taigu et la femme de Ma Danyang, Sun Buer. Par leur "ascèse missionnaire", ceux-ci firent du Quanzhen, en cinquante ans, le principal mouvement religieux du nord de la Chine. Aujourd'hui encore, le Quanzhen est une composante incontournable de la religion chinoise. La première partie de la thèse, historique, reprend les sources primaires pour étudier comment l'hagiographie, dès la prédication des disciples, a transformé l'histoire du fondateur, élaborant par exemple des révélations dont le bénéficiaire ne parle jamais clairement. Dans un deuxième temps, elle étudie les différences de personnalités entre les disciples et réévalue leurs rôles respectifs. Elle évoque la diversité du mouvement avant l'uniformisation apportée par l'institutionnalisation et montre comment le cliché des sept disciples fondateurs fut forgé en plus d'un siècle par la tradition. La deuxième partie étudie la pensée du mouvement. Elle recherche l'origine des grands thèmes de la doctrine du Quanzhen naissant, décrit les grandes lignes de la vie religieuse et insiste sur le caractère fondamentalement taoi͏̈ste du mouvement. Dans un deuxième temps, elle expose la théorie de l'alchimie intérieure qui constitue quantitativement le principal enseignement des religieux. Elle met aussi en valeur la dimension spirituelle de cette alchimie intérieure, notamment chez le fondateur du mouvement. Répondant à un point de vue exprimé au Japon il y a trente ans, la conclusion soutient notamment que la fondation du Quanzhen est moins un mouvement de réforme comme le protestantisme qu'un mouvement de prédicateurs mendiants comme on en connut en Europe.

  • Titre traduit

    Wang Chongyang (1113-1170) and the foundation of the Quanzhen movement


  • Résumé

    The Quanzhen movement is the great movement of the religious revival in modern China. According to tradition, its founder, Wang Chongyang (1113-1170), had a vision of two immortals and later he converted seven disciples, Ma Danyang, Tan Changzhen, Liu Changsheng, Qiu Changchun, Wang Yuyang, Hao Taigu and Ma Danyang's wife, Su Buer who spread the movement throughout North China. Fifty years later, Quanzhen became the main religious movement in the country. Nowadays, the Quanzhen school still plays an important part and cannot be ignored. The first part of the dissertation, the historical part, begins with the study of the primary sources in order to examine the process which transformed Wang's biography into a hagiography. For instance, apparitions, through no more than vague remarks in the founder's works, were transmitted as facts by his favorite disciple Ma Danyang. Next, we investigate the differences between the personalities of the disciples, reappraise their respective roles and point out the internal diversity of the movement before standardization which followed institutionalization. We also examine how the concept of seven disciples as founders was created in more than a century by the tradition. The second part insists on the daoist nature of the movement. We describe the religious life of the movement and examine how the Quanzhen used Buddhist and Confucianist concepts in its daoist teaching. Next, we attempt to set out the theory of inner alchemy which is one of the most important teachings of the Quanzhen monks. We also insist on the spiritual of inner alchemy in the founder's thoughts. Replying to a Japanese theory, the conclusion maintains that the Quanzhen is not a reforming movement similar to Protestantism but rather, if a comparison is necessary, a movement similar to the European mendicant orders.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Collège de France, Institut des Hautes études chinoises à [Paris]

Wang Chongyang (1113-1170) et la fondation du Quanzhen : ascètes taoïstes et alchimie intérieure


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1207 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie vol. 2, p. 637-396. Chronologie, index, tableau de concordance

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 316
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 316

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7252
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Collège de France, Institut des Hautes études chinoises à [Paris]

Informations

  • Sous le titre : Wang Chongyang (1113-1170) et la fondation du Quanzhen : ascètes taoïstes et alchimie intérieure
  • Dans la collection : Mémoires de l'Institut des Hautes études chinoises , volume XL , 0337-792X
  • Détails : 1 vol. (473 p.)
  • ISBN : 978-2-85757-069-1
  • Annexes : Bibliogr. p. [417]-438. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.