Etude des mecanismes d'adsorption de l'or sur des surfaces d'oxyhydroxydes de fer et d'aluminium

par INGRID BERRODIER

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de FRANCOIS FARGES.

Soutenue en 2001

à l'ENSM PARIS .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette etude avait pour but de mieux comprendre les interactions entre l'or(iii) et les phases minerales d'oxyhydroxydes de fer et d'aluminium. En effet, ces mineraux sont communs et possedent une grande capacite a fixer les ions metalliques tels que l'or. Nous avons synthetise nos mineraux et adsorbe l'or(iii). Puis, nous avons caracterise nos echantillons par diffraction x et microscopie a balayage environnemental. Nous n'avons pas observe de precipite d'or metallique. Les isothermes d'adsorption ont montre que l'adsorption est retrograde, ce qui suggere une adsorption sous forme de complexe de sphere interne, et que l'espece adsorbee n'est pas aucl 4 mais plutot un produit d'hydrolyse. Les resultats xafs ont montre que l'or n'est pas reduit et que les especes adsorbees sont bien des produits d'hydrolyse de aucl 4 quel que soit le mineral. En effet, nous avons identifie des unites auo 4 pour les ph basiques et auo 3cl et auo 2cl 2 pour les ph les plus acides. D'autre part, nous avons pu determiner que l'adsorption est bien specifique (complexe de sphere interne) et qu'elle s'effectue par arete, double sommet et sommet dans le cas des goethites et des boehmites. L'adsorption par arete semble minoritaire par rapport a des enchainements par double sommet. Pour l'adsorption de l'or sur les ferrihydrites, nous pouvons supposer que l'adsorption s'effectue de la meme facon que pour les geothites. Les modelisations des isothermes de sorption ont permis de determiner le pourcentage des especes aucl 2oh 2, aucloh 3, auoh 4 presentes a la surface de la goethite en fonction des conditions en solution.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 243 p.
  • Annexes : 146 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.