Elaboration et caractérisation de composites métal-ferrite nanostructurés, pour applications en moyennes et hautes fréquences

par Johan Moulin

Thèse de doctorat en Génie électrique

Sous la direction de Richard Barrué.

Soutenue en 2001

à Cachan, Ecole normale supérieure .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Elaboration and characterization of nano-structured metal-ferrite composites for medium and high frequency applications


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette étude a consisté à élaborer puis caractériser des composites à base de ferrite commercial broyé et de poudres de Fe et FeNi nanométriques. L''objectif est de profiter de la résistivité du ferrite spinelle d''une part, ainsi que de la forte aimantation et des propriétés magnétiques douces de particules métalliques nanométriques d''autre part. La dispersion du métal dans le ferrite est réalisée par cobroyage. Nous rappelons tout d''abord certaines bases du magnétisme, en s''attardant plus longuement sur le ferromagnétisme et le ferrimagnétisme (chapitre I). Puis sont présentées les propriétés particulières physiques et magnétiques des matériaux nanométriques (chapitre II). Le mode d''élaboration des composites nanostructurés – préparation des poudres, cobroyage, compactage et frittage – est ensuite détaillé (chapitre III), ainsi que les techniques de caractérisation structurale utilisées lors de ce travail (chapitre IV). Nous présentons enfin les résultats des différentes mesures, ainsi que leur interprétation (chapitre V), en mettant en avant l''influence des différentes étapes de 'l'élaboration sur les propriétés structurales et magnétiques des composites. Nous avons montré que la réaction d''oxydo-réduction entre le fer et le ferrite MnZn dégradait les propriétés magnétiques des deux composés. C''est pourquoi nous avons testé une combinaison Fe25Ni75-ferrite, qui s''est révélée chimiquement plus stable. Des microphotographies ont montré que la méthode d''élaboration réalise bien la dispersion des particules métalliques dans le ferrite, et que ces particules restent nanométriques après frittage. Les caractérisations magnétiques et structurales ont toutefois démontré que cette méthode introduit des contraintes et un taux de porosité non négligeables dans le matériau, qui sont préjudiciables à ses propriétés magnétiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (126 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 67 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École normale supérieure. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.