Les portails romans des églises de Haute-Auvergne : Architecture, sculpture et orientations

par Caroline Roux

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Anne Courtillé.

Soutenue en 2001

à Clermont-Ferrand 2 .

  • Titre traduit

    Roman portals of haute Auvergne churches. Architecture, sculpture and orientations


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les portails historiés les plus riches de l'Auvergne romane se situent dans sa partie méridionale montagneuse, appelée la Haute-Auvergne, avec le chantier templier de Saint Georges d'Ydes et l'église paroissiale Notre-Dame-des-Miracles de Mauriac. Si l'historiographie a, depuis le XIXe siècle, mis en valeur ces deux programmes iconographiques et leur style en les inscrivant dans une mouvance aquitaine, l'ensemble des portails romans, comme, plus largement, les églises romanes de cette zone, restent méconnus. A travers des partis architecturaux divers et monumentaux, l'étude des dispositions que présentent les entrées des édifices religieux met en lumière un terrain d'échanges variés et complexes qui ne font que circonscrire et nuancer le poids des relations avec les territoires de l'ouest. L'inventaire typologique des portails romans montre, comme, plus largement, l'étude des méthodes de construction employées au XIIe siècle, une division interne au sein de la Haute-Auvergne, qui distingue le quart nord-ouest, correspondant à l'archiprêtré de Mauriac, du reste du pays. Aux axes traditionnels de recherches qui concernent, dans l'étude des portails romans, l'architecture et l'ornementation, cette étude en ajoute un troisième relatif à l'orientation des entrées des édifices religieux en Haute-Auvergne. Depuis le XIIe jusqu'au XVIe siècle, se sont imposés deux schémas différents d'implantation de la porte, solidaire ou non de la façade occidentale. L'un ou l'autre parti, marquant fortement l'élévation d'ensemble des édifices, fut adopté selon une répartition géographique très nette qui confirme l'existence d'une scission interne au pays, déjà mise en lumière par la typologie. Au-delà des facteurs déterminants de ces choix (topographie, liturgie, climat), les modes d'orientation des entrées des églises de Haute-Auvergne révèlent un paysage monumental de l'Auvergne divisé entre deux entités méridionale et septentrionale

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par Presses universitaires Blaise-Pascal à [Clermont-Ferrand]

La pierre et le seuil : portails romans en Haute-Auvergne


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (365 p., 153 p., non paginé, 771 f. de figures)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 310-339. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université. Section Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 270110 2001 ROU
  • Bibliothèque : UBP. UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 734.4 ROU 1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2925
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par Presses universitaires Blaise-Pascal à [Clermont-Ferrand]

Informations

  • Sous le titre : La pierre et le seuil : portails romans en Haute-Auvergne
  • Dans la collection : Collection Études sur le Massif central
  • Détails : 1 vol. (378 p.)
  • ISBN : 2-84516-259-6
  • Annexes : Bibliogr. p. 352-369. Notes bibliogr. Glossaire. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.