Dominance sociale et préjugés : la régulation sociale des cognitions intergroupes

par Michaël Dambrun

Thèse de doctorat en Psychologie sociale expérimentale

Sous la direction de Serge Guimond.

Soutenue en 2001

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Résumé

    Cette thèse défend l'idée que la position occupée par les individus dans une structure hiérarchique participe à la régulation des cognitions intergroupes et que son influence est médiatisée par l'orientation de dominance sociale (ou SDO). Cette orientation a été proposée récemment dans le cadre de la théorie de la dominance sociale (Sidanus et Pratto, 1999) comme une variable centrale dans l'explication des préjugés. Elle se définit comme le degré avec lequel les individus désirent et supportent les inégaltés sociales et les rapports de domination entre les groupes sociaux. Après avoir examiné cette théorie de façon critique et validé sur le plan empirique une version française de l'échelle d'orientation de dominance sociale, les chapitres 3 et 4 présentent 5 études qui confirment l'hypothèse selon laquelle la SDO médiatise l'effet d'une position sociale dominante sur les préjugés envers les groupes stigmatisés. Aucune autre recherche à ce jour n'offre un appui aussi clair à l'idée que la dominance sociale joue un rôle causal en matière de préjugés et de cognition intergroupes. Le chapitre 5 présente deux études remettant en cause l'hypothèse d'invariance proposée par Sidanius et Pratto (1999). Selon cette hypothèse, la différence de SDO entre les hommes et les femmes aurait un fondement socio-biologique et se maintiendrait peu importe le contexte social, économique ou culturel. Or, les études 7 et 8 démontrent que les différences de genre sur la SDO varient de façon systématique en fonction du degré d'identification au groupe de genre. Les implications de ces résultats pour la théorie de la dominance sociale, et plus généralement, pour la compréhension des dynamiques qui régulent les cognitions et les conflits intergroupes sont étudiées

  • Titre traduit

    Social dominance and prejudice the social regulation of intergroup cognitions


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2020 par Atelier national de reproduction des thèses à Villeneuve d'Ascq

Dominance sociale et préjugés : la régulation sociale des cognitions intergroupes


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (276 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 229-248

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2001CLF20009
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences humaines (Montpellier).
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2020 par Atelier national de reproduction des thèses à Villeneuve d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : Dominance sociale et préjugés : la régulation sociale des cognitions intergroupes
  • Dans la collection : Thèse à la carte
  • Détails : 1 vol. (276 p.)
  • Notes : Tirage réalisé à la demande.
  • ISBN : 978-2-7295-4907-7
  • Annexes : Bibliographie p. 229-248. Annexes
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.