Famille et violence dans le roman féminin libanais

par Cédrel Haroun

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Martine Mathieu-Job.

Soutenue en 2001

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La thèse est basée sur un corpus de huit romans d'auteurs féminins libanais, toutes de confessions différentes : "L'excisée" d'E. Accad. , "Les portes de la nuit " d'E. Agha Malak, "Sous les vignes du pays druze" de L. Barakat, "Le Sommeil délivré" et "La maison sans racines" d'A. Chédid, "Histoire de Zahra" de H. El-Cheikh, "La Maîtresse du notable" et "Une maison au bord des larmes" de V. Khory-Ghata. Aménagée entrois parties, la thèse aborde en premier l'impact de la culture familiale et religieuse au Liban sur les écrivains et leurs oeuvres ainsi que les soubresauts politiques et les traditions culturelles fixant les décors de la vie quotidienne des héros. La seconde partie traite les trite les différents types de violences répertoriées, commises par les hommes et liées au statut inférieur des femmes, parfois complice, active ou passive des agressions perpétrées. Enfin, dans la troisième partie, les réactions des victimes face aux comportements violents démontrent la gamme po sible de défense et de reconstruction, de soumission et d'anéantissement de certains héros et héron͏̈es, de toutes religions confondues.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 330 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 311-330

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.