Diversité de bactéries sporulées associées à un modèle de plat cuisiné réfrigéré à base de légumes : origine et virulence potentielle de bacillus cereus

par Marie-Hélène Guinebretière

Thèse de doctorat en Sciences et agronomie. Microbiologie et hygiène des aliments

Sous la direction de Philippe Schmitt.

Soutenue en 2001

à Avignon .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail est une contribution à l'évaluation du risque induit par les bacillus (sensu lato) dans les produits pasteurisés réfrigérés à base de légumes. L'étude menée au cours de la 1ère partie de cette thèse a montré, par une approche d'identification polyphasique intégrant la rep-pcr, le système api50ch/20e et l'analyse des séquences d'adnr 16s, que les conditions de conservation de purées de légumes pasteurisées influençaient fortement la composition de leur microflore et que les températures de conservation proches de 4°c pouvaient prévenir le risque de développement de pathogènes comme b. Cereus, b. Licheniformis et b. Subtilis. Cette étude soulignait également l'apparition possible de fausses identifications par le système api50ch/20e. Le séquençage partiel semblait être une étape nécessaire pour l'identification fiable des bacillus (sensu lato). Au cours de la 2ème partie de cette thése, les légumes et agents de texture (protéines de lait et amidon) étaient identifiés comme les principales sources de contamination des purées. Le typage moleculaire des souches de b. Cereus et leurs propriétés de croissance au froid, indiquaient que les contaminants psychrotrophes présents dans les produits conservés provenaient des courgettes elles-mêmes contaminées par le sol de culture, tandis les contaminants non psychrotrophes provenaient des protéines de lait. En 3ème partie, la détection, par pcr et transferts de southern, des gènes des entérotoxines présents chez b. Cereus (hbl, nhe, cytk et bcet) ainsi que la production d'entérotoxines mesurées par 2 tests immunologiques, montraient que le gène cytk, l'association des génes cytk/hbl/nhe et la production forte d'entérotoxines étaient beaucoup moins fréquents chez les souches de b. Cereus issues d'aliments comparé aux souches issues de toxi-infections alimentaires. Ces resultats appuyaient l'hypothèse selon laquelle les souches issues d'aliments à base de légumes étaient moins propices aux toxi-infections alimentaires

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (132 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 107-128

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T MF 156
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.