Variabilité génétique et biologie reproductive de rosiers dihaploïdes et tetraploïdes ; application à la sélection du rosier cultivé

par Laurent Crespel

Thèse de doctorat en Biologie des organismes

Sous la direction de Serge Gudin.

Soutenue en 2001

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    Le rosier cultivé. Posa hybrida L. , tétraploïde (2n = 4x = 28) a été haploïdisé au cours de la dernière décennie. Les formes dihaploïdes obtenues ont été au cours de cette étude hybridées avec des espèces sauvages diploïdes aux ressources génétiques peu exploitées. Des analyses moléculaire, cytologique et morphologique de descendances issues de ces croisements ont permis d'aboutir à une meilleure connaissance de : - la reproduction sexuée des dihaploïdes et de leurs hybrides. L'étude de la gamétogenèse a mis en évidence la production, par les dihaploïdes, de gamètes mâles et femelles 2n de types SDR-CO, SDR-NCO, FDR-CO et FDR-NCO. Les proportions produites d'un type ou d'un autre de gamètes 2n sont génotype-dépendantes. Cette aptitude à produire des gamètes 2n est transmise à la descendance, permettant ainsi un retour au niveau tétraploïde. Les conséquences génétiques des différents types de gamètes produits ont été étudiées, notamment quant aux niveaux d'hétérozygotie parentale transmis dans les descendances. - la génétique du genre Rosa. Trois caractères qualitatifs et un caractère quantitatif ont été suivis en ségrégation dans les descendances diploïdes. La duplicature de la corolle et la non remontance sont contrôlées par un gène dominant, la couleur rosé de la fleur par deux gènes complémentaires dominants. Un déterminisme oligogénique a été mis en évidence concernant la quantité d'épines sur les tiges. - l'organisation et du fonctionnement du génome du genre Rosa. A partir d'une descendance diploïde issue du croisement entre un dihaploïde et R. Wichuraiana, deux cartes génétiques, mâle et femelle, ont été construites à l'aide de marqueurs AFLP. Les gènes responsables de la duplicature et de la non remontance ont été positionnés sur les cartes mâle et femelle, les marqueurs les plus proches étant situés à 4,7 et 0 cM, respectivement. Concernant la quantité d'épines, un QTL majeur et un QTL mineur ont été localisés sur la carte mâle.

  • Titre traduit

    Genetic variability and reproductive biology of dihaploid, diploid, tetraploid roses ; application to cultivated rose selection


  • Résumé

    The tetraploid (2n = 4x = 28) cultivated rose, Rosa hybrida L. , has been haploidized in the last decade. The dihaploids thus have been utilized in this study as they can be hybridized with wild diploid species which genetic resources have seldom been exploited. They also contibute, when used as progenitors, to the simplifying of hereditary transmissions. Molecular, cytological and morphological analyses of offsprings resulting from these crosses have lead to a better understanding of: - sexual reproduction of the dihaploids and their derivated hybrids. The study of gametogenesis has shown that the dihaploids produce unreduced 2n male and female gametes of SDR-CO, SDR-NCO, FDR-CO and FDR-NCO types. The proportions of the different produced gamete types are genotype-dependent. This ability to produce 2n gametes is transmitted to the progenies, thus enabling a return to the tetraploid level. The genetic consequences of the different gamete types produced have been studied, especially regarding the levels of parental heterozygosity transmitted to the progenies. - the genetics of Rosa. Three qualitative characters and a quantitative one have been observed in segregation in the diploid offsprings. Double corolla and single blooming habit are controlled by a dominant gene, pink flower colour is controlled by two complementary dominant genes. An oligogenic determinism controls thorn quantity on the stems. - organisation and functioning of Rosa genome. Using the diploid offspring resulting from a cross between a dihaploid rose and R. Wichuraiana two genetic maps, male and female, have been established with AFLP markers. The genes controlling double corolla and single blooming habit have been located on the male and female maps. The most proximal corresponding markers were at 4. 7 and 0 cM distances, respectively. Concerning thorn quantities, a major and a minor QTL were located on the male map.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 196 p.
  • Notes : Thèse confidentielle à vie

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 2990
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.