L' alun de l'Occident Romain : production et distribution des amphores romaines de Lipari

par Philippe Borgard

Thèse de doctorat en Sciences humaines. Histoire

Sous la direction de André Tchernia.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Alum in the Western Roman Empire : production and distribution of the "Roman Lipari Amphorae"


  • Résumé

    Le terme alun désigne diverses substances de composition apparentée (et notamment le sulfate double d'aluminium et de potassium hydraté), utilisées jusqu'à une date avancée du XXe siècle, dans des domaines aussi variés que la médecine, la tannerie ou la teinturerie. L'importance de ce produit a été clairement démontrée pour les industries médiévales et modernes. Qu'en est-il pour des périodes plus anciennes ?. Une distinction fondamentale s'impose : seul l'alun natif, composé rare, généralement produit en faibles quantités et dans quelques points seulement du pourtour méditerranéen, semble avoir été exploité durant l'Antiquité. Les principaux districts miniers se situent en Orient. L'un d'eux, par exception, se trouve en Occident : celui de Lipari. Son rendement, comme la hauteur des profits que " les liparotes comme les romains " en tirent, est soulignée par Diodore (V, 10, 2). Différentes observations permettent de penser que cet alun - comme celui, sans doute, d'autres régions productrices - était conditionné en amphores : il s'agit, dans ce cas précis, de conteneurs longtemps restés apatrides que les anglo-saxons ont tout d'abord dénommés " Richborough 527 " et que l'on peut rebaptiser, compte tenu de leurs rapports exclusifs avec l'archipel éolien, Amphores Romaines de Lipari. La typo-chronologie de ces objets, dressée à partir de l'étude parallèle du matériel des sites consommateurs et des rebuts de l'atelier de Portinenti (Ile de Lipari), permet de suivre l'évolution de leur distribution - comme celle de leur contenu - depuis le deuxième quart du Ier s. Avant notre ère jusqu'au milieu du IIIe siècle. Elle révèle, avec l'appui des textes grecs et latins, un usage de l'alun aussi varié que pour l'époque moderne. Mais si l'alun de Lipari a vraisemblablement alimenté l'essentiel de la consommation occidentale, les quantités annuellement produites restent relativement modestes, inférieures sans doute, dans le meilleur des cas, à deux cents tonnes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 tomes (750 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.: ff. 369-400

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 671
  • Bibliothèque : Centre Jean Bérard - Bibliothèque "Georges Vallet" (Naples, Italie).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : A.R.131.1-4

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.