Propagandes et assimilation aux antilles francaises entre 1890 et 1946

par BENOIT FRICOTEAUX

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Lucien-René Abénon.

Soutenue en 2001

à Antilles-Guyane .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Dans la france de la troisieme republique, deux << vieilles colonies >>, la guadeloupe et la martinique, representent un symbole de fierte nationale. Apres avoir montre le lien entre le concept de propagande et celui d'assimilation, fondement de la doctrine coloniale francaise, il importait, dans les perspectives de l'histoire culturelle et de l'analyse de discours, de mesurer les interactions entre l'assimilationnisme, a l'oeuvre aux antilles et les divers courants de propagandes. Dans une premiere partie, de 1890 a 1919, l'assimilation est envisagee, tant du point de vue des representations que l'on se fait des antilles, que des revendications politiques. Cette aspiration semble trouver son exutoire avec <<l'impot du sang>>, paye par les antillais, lors du premier conflit mondial. Une seconde phase, evoque le personnel politique antillais de l'entre-deux-guerres, symbole de reussite du projet colonial. Ses ideaux et ses methodes parfois discutables, etablissent cependant les limites, politique et culturelle du projet assimilationniste. En contrepoint, se dessine une contre-propagande, assez largement organisee par la formidable machine ideologique du parti communiste. En 1936, l'experience memorable, bien qu'ambigue, de la mise en place, par le gouvernement de front populaire, du premier gouverneur noir, en guadeloupe, felix eboue nous invite a analyser les contradictions du processus. La derniere partie se propose, a travers l'acte de propagande par excellence, du tricentenaire du rattachement des antilles a la france, de 1935, d'explorer le regard de la metropole sur le bilan de son entreprise coloniale aux antilles, alors meme que semblent s'effriter les certitudes d'ordres economique et politique. Au total, un tel examen nous incite a nuancer les termes d'un debat souvent passionnel et sans doute trop vite evacue, non cloture par l'aboutissement juridique de la loi du 19 mars 1946, qui transforme les vieilles colonies en departements francais.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 707 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 864 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut des hautes études de l'Amérique latine. Bibliothèque Pierre-Monbeig.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.